Accueil » Agir pour améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement
Publié le 01/09/2011

Agir pour améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement

Malgré les progrès réalisés au cours de la dernière décennie, l’accès à l’eau potable et l’assainissement reste dans de nombreux pays une problématique d’actualité. Les chiffres en témoignent : en 2010, plus de 2,5 milliards de personnes souffrent d’un manque d’assainissement de base, tandis que 1 milliard de personnes demeurent dépourvues d’accès à l’eau potable. Face à cette situation, le Gret améliore les conditions d’accès à l’eau potable et à l’assainissement des populations défavorisées via des projets innovants. Ses actions s’inscrivent dans des démarches d’apprentissage collectif au sein desquelles s’articulent renforcement des institutions locales et professionnalisation des acteurs du secteur.

Des enjeux multiples et des défis de taille

Première cause de mortalité dans les pays en développement, l’absence d’assainissement et la mauvaise qualité de l’eau tuent chaque année plus de 2 millions de personnes. Maladies à répétition, mortalité infantile, corvées d’eau au détriment de la scolarisation des enfants, telles sont les douloureuses réalités de ceux qui sont privés d’accès à ces ressources essentielles à la vie.

Aux enjeux de santé publique, il convient d’ajouter les dimensions à la fois économiques, sociales et politiques que revêtent l’eau et l’assainissement. L’élargissement de l’accès à l’eau potable et l’amélioration de l’assainissement conditionnent tout effort de développement économique en faveur de tous. Pour s’en convaincre, rappelons que les ménages défavorisés non raccordés aux services d’eau conventionnels paient souvent leur eau plus cher que les familles aisées qui sont raccordées. À Nouakchott par exemple, l’eau dans les quartiers situés à la périphérie de la ville coûte 50 fois plus cher que dans les quartiers centraux raccordés au réseau.

À coté de ces enjeux apparaissent de nombreux défis à « géométrie variable ». Par exemple, la faible maîtrise qu’ont les pouvoirs publics sur l’urbanisation des grandes villes du Sud entrave les politiques d’extension des systèmes en réseaux dans les quartiers précaires. De même, dans les gros bourgs, où les modes de vie évoluent rapidement, les systèmes d’hydraulique villageoise (puits, forages, etc.) ne satisfont plus les demandes des ménages.

Mais les modèles techniques et économiques ne sont pas les seuls en cause. Plus globalement, les formes de gouvernance de ces services doivent être repensées. Il s’agit ainsi de dépasser les approches systématiques, voire idéologiques (le « tout public », le « tout communautaire », le « tout privé », etc.), afin de s’inscrire dans des démarches négociées où les modes de coordination résultent de véritables compromis collectifs.

Les actions du Gret : professionnalisation et institutionnalisation

Depuis plus de 30 ans, le Gret contribue à améliorer les conditions d’accès à l’eau potable et à l’assainissement des populations défavorisées. De la construction de puits et la diffusion de latrines au début des années 80, ses actions se sont progressivement orientées vers le renforcement institutionnel et l’appui à la professionnalisation des acteurs locaux de l’eau et de l’assainissement.
En savoir plus sur l’expérience du Gret dans la gestion de l’eau >>> [http://www.gret.org/publications/cdrom/gret-eau/index.html]

Dans une double logique d’apprentissage collectif et de pérennisation des services, les projets du Gret s’attachent à faire émerger des opérateurs professionnels, capables, quel que soit leur statut, d’offrir des services de qualité, accessibles à tous, et répondant aux attentes des ménages. Ces actions visent en outre à renforcer le leadership des acteurs publics et leurs capacités à remplir leurs prérogatives en matière de planification, de maîtrise d’ouvrage, d’appui/conseil et de régulation.

Au fil des années, le Gret a étendu son champ d’intervention des zones rurales aux agglomérations semi-rurales et urbaines, il intervient aujourd’hui dans plusieurs régions du monde.

Exemples d’intervention du Gret en matière d’eau potable et d’assainissement

  • Au Burkina Faso, le Gret travaille à la consolidation d’un système de gestion communautaire de petits réseaux d’eau via une fédération regroupant 40 associations d’usagers, dans une logique de partage des responsabilités et de mutualisation des coûts.
  • Au Cambodge et au Laos, le Gret met en œuvre plusieurs programmes de promotion et d’appui à la professionnalisation des petits opérateurs d’eau qui interviennent dans les gros bourgs et les villes secondaires.
  • À Madagascar et au Cambodge, le Gret expérimente un mécanisme de diffusion de l’assainissement individuel nommé « sanimarché », qui repose sur la promotion d’équipements à faible coût, la mise en place d’un système d’agrément et des incitations financières.
  • En Haïti, au Cambodge et au Laos, le Gret intervient en appui aux sociétés publiques d’eau potable des capitales, en vue de moderniser leur système de gestion et d’intégrer des pratiques sociales pour l’approvisionnement des zones exclues du service.
  • Au Laos et en Mauritanie, le Gret accompagne les agences nationales de régulation dans la définition d’outils et de procédures de suivi-évaluation des services d’eau des petites villes.

Les orientations stratégiques du Gret

  • Développer des dispositifs techniques et économiques innovants : le Gret met au point des référentiels techniques appropriés pour la fourniture d’eau potable et l’assainissement. De plus, il élabore des mécanismes novateurs de financement des services en conciliant, autant que possible, les exigences de viabilité économique avec les impératifs d’accessibilité des services.
  • Façonner des modes de gestion et de régulation adaptés : le Gret accompagne l’élaboration de modes de gestion pluri-acteurs qui reconnaissent les rôles et les responsabilités de chacun (maîtrise d’ouvrage, gestion, régulation, etc.) et qui soient fondés sur des règles partagées. Pour ce faire, le Gret s’appuie sur des processus de concertation et des méthodes d’ingénierie sociale.
  • Accompagner la professionnalisation des acteurs de l’eau : considérant qu’une condition nécessaire à l’amélioration des services réside dans le renforcement des capacités des acteurs locaux à assumer leur rôle, le Gret s’investit fortement dans la mise en place de dispositifs de formation et de diffusion des innovations et des savoir-faire locaux.

Contribuer aux politiques publiques : des ateliers ContrEauverses au Forum mondial de l’eau 2012

Les projets mis en œuvre par le Gret dans le domaine de l’eau potable et de l’assainissement ne visent pas uniquement à apporter des réponses concrètes aux populations ciblées. Au-delà des résultats directs, ces interventions ont pour objet de constituer des références utilisables par d’autres et permettant de contribuer à la définition de politiques sectorielles plus pertinentes.

C’est dans cet esprit que depuis 2009, le Gret organise conjointement avec l’AFD les ateliers d’échanges « ContrEauverses », pour approfondir mutuellement leurs connaissances sur des problématiques liées à l’eau potable et l’assainissement et tirer des enseignements en termes de bonnes pratiques et de stratégie. Les ContrEauverses 2013 ont réuni les 08 et 09 janvier près de cinquante personnes autour du sujet suivant « Les services d’eau et d’assainissement dans les villes en développement : comment favoriser l’inclusion des quartiers défavorisés dans les politiques urbaines? »

Le Gret participe par ailleurs aux débats publics nationaux et internationaux sur les questions d’eau potable et d’assainissement. En atteste sa mobilisation au sein de la Coalition Eau (collectif d’ONG françaises qui interviennent dans ces domaines) [http://www.coalition-eau.org/], ainsi que sa présence aux Forums mondiaux de l’eau. Le dernier Forum mondial de l’eau s’est tenu à Marseille en mars 2012. Il a donné l’occasion au Gret de partager son expérience de terrain avec d’autres acteurs du développement, tout en permettant de faire pression sur les décideurs pour que soient pris des engagements concrets pour l’eau potable et l’assainissement.