Accueil » 3 questions à Luc Arnaud, représentant du Gret à Madagascar
Publié le 30/11/2016

3 questions à Luc Arnaud, représentant du Gret à Madagascar

Portrait de Luc Arnaud représentant du Gret à MadagascarLuc Arnaud représentant du Gret à Madagascar

Afin de célébrer ses 40 ans, le Gret organise une série d’évènements les 13 et 14 décembre à Madagascar. À cette occasion, En lien a interrogé Luc Arnaud, représentant du Gret dans le pays. Ingénieur des techniques agricoles de Bordeaux, il occupe cette fonction depuis 2001, après avoir exercé pendant dix ans un poste similaire pour le Gret Mauritanie. Avant de rejoindre l’ONG, il a été professeur dans un lycée agricole à Vendôme, volontaire dans un projet de développement en Somalie et assistant technique pour la coopération allemande au Soudan sur un projet de lutte biologique.

Quelle est la spécificité du Gret selon vous ?

La force du Gret est d’appréhender les problématiques du développement à la fois d’une manière locale et globale. Locale, car nous partons toujours d’une connaissance fine du terrain, de rencontres avec les acteurs concernés. Globale, car dans les propositions que nous faisons, nous bénéficions de toute l’expérience du Gret dans les autres pays sur une thématique donnée. Cette double logique nous permet d’être force de proposition pour contribuer aux politiques de développement à Madagascar. C’est ainsi que notre expérience du partenariat public-privé au Cambodge a bénéficié à Madagascar dans les domaines de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement. Le Gret analyse toujours en profondeur son action, par des missions de supervision régulières et la capitalisation des expériences à partager. C’est ce travail en réseau par les professionnel-le-s du Gret qui permet de garantir la qualité des interventions.

Quels sont les profils, métiers et compétences des professionnel-le-s du Gret à Madagascar?

Nous avons développé un réseau d’expertises variées, qui va du/de la chef-fe de projet généraliste à l’expert-e technique d’un domaine. Les équipes du Gret sont toujours pluridisciplinaires, c’est une condition de l’innovation. Le Gret à Madagascar est aussi un lieu de formation de l’expertise malgache, car la plupart des chefs de projets sont malgaches et certains ont commencé leur carrière chez nous dans le cadre d’un stage académique.

Quelle est pour vous la réalisation la plus marquante du Gret ?

La réalisation la plus marquante ces dernières années est certainement la création de l’entreprise sociale Nutri’zaza (le livre blanc), qui est l’aboutissement de tout un travail de recherche-action dans le domaine de la lutte contre la malnutrition infantile, pour rendre accessible un aliment de complément de qualité à Madagascar pour les plus démunis : la Koba Aina.