Accueil » 3 questions à… Ousmane Pouye, chef de projet au Sénégal
Publié le 15/05/2017

3 questions à… Ousmane Pouye, chef de projet au Sénégal

Ingénieur de travaux de planification économique, spécialiste en développement des chaînes de valeur et en économie rurale, Ousmane Pouye travaille pour le Gret-Sénégal depuis 2014. Il met en œuvre, depuis janvier 2017, le projet « Améliorer la santé en milieu rural par une approche de l’assainissement amélioré pro-pauvre basée sur le marché local » (ASAP) dans la région de Tambacounda.

Quelle est la situation en matière d’assainissement à Tambacounda et dans les environs ?

Cette région est l’une des plus pauvres du sud du Sénégal. Le taux d’accès à l’assainissement amélioré compte parmi les plus faibles du pays : on considère en effet que seuls 5,5 % de la population auraient accès à ce type d’assainissement ; tandis que 35,6 % des ménages pratiqueraient la défécation à l’air libre, faute d’accès à des toilettes. Ce contexte engendre un environnement sanitaire très précaire, qui a des incidences notamment sur la scolarité des enfants.

En quoi consiste le projet ASAP ?

Le projet ASAP, financé par l’Union européenne et mené en partenariat avec l’Agence régionale de développement (ARD) de Tambacounda, a pour principal objectif d’améliorer durablement la santé et les conditions socio-économiques des populations rurales de la région de Tambacounda en se basant sur la nouvelle stratégie nationale de l’assainissement rural, initiée au Sénégal en 2014. Le projet ASAP se démarque de la démarche classique, basée jusqu’alors sur les subventions. L’innovation ici réside dans le fait que l’on cherche à développer le marché local de l’assainissement dans la région, en appuyant des opérateurs privés que nous accompagnons dans la mise en place de sanimarchés. Nous leur fournissons ainsi l’ensemble des services dont ils ont besoin pour faire fonctionner leur activité.

Dans quelle mesure ce projet s’inscrit-il dans la nouvelle stratégie nationale de l’assainissement rural ?

Cette nouvelle stratégie nationale prône la responsabilité des ménages dans la prise en charge de leur assainissement, l’implication des secteurs privés, mais elle encourage aussi l’arrêt progressif des subventions au profit de l’application de la démarche basée sur le marketing de l’assainissement. Les différents volets mis en œuvre dans le cadre du projet ASAP – renforcement des capacités des acteurs de mise en œuvre, sensibilisation aux bonnes pratiques de l’hygiène et de l’assainissement au sein des ménages et des écoles, marketing de l’assainissement, et enfin, suivi-évaluation et capitalisation des acquis – s’articulent donc parfaitement avec la logique dessinée par cette nouvelle stratégie.

En savoir plus sur le projet ASAP
Découvrir les activités du Gret au Sénégal