Accueil » 3 questions à… Marion Santi, chargée de mission assainissement au Gret
Publié le 19/06/2017

3 questions à… Marion Santi, chargée de mission assainissement au Gret

La campagne de financement participatif « Les toilettes, c’est une affaire de pros », lancée en avril par le Gret et Eau Vive a été financée avec succès. Merci à l’ensemble des contributeurs ! Grâce à eux, quatre petits entrepreneurs burkinabè pourront lancer leur activité et équiper un millier d’habitants en toilettes sécurisées et de qualité.  Marion Santi, chargée de mission assainissement au Gret, revient sur les principaux enseignements de cette campagne.

Pourquoi avoir lancé cette initiative de financement participatif ?

Les défis pour atteindre un accès universel à un assainissement hygiénique sont immenses, et les sources de financement classiques ne suffisent pas à couvrir les besoins, que ce soit en termes d’accès, d’évacuation ou de traitement. Pourtant, l’assainissement est un sujet qui nous concerne tous (essayez donc de passer une journée sans toilette !). Le Gret propose une approche marketing du secteur, en appuyant des professionnels pour qu’ils proposent une offre de qualité et abordable aux ménages. Les innovations techniques permettent de réduire le prix des toilettes, mais le secteur a aussi besoin d’innovation pour le financement, car les prix restent élevés pour des ménages vulnérables. Le financement participatif semblait donc une solution intéressante pour améliorer l’accès des ménages à des toilettes de qualité.

A quoi servira l’argent collecté ?

À soutenir quatre professionnels de l’assainissement, qui produisent et vendent des toilettes hygiéniques de qualité, à bas prix, accessibles pour les ménages ruraux burkinabè. Cela leur permettra de démarrer leur activité plus facilement, en réduisant les prix pour les ménages, et en leur assurant ainsi un certain volume de commande et une plus grande notoriété. De leur côté, les ménages pourront payer plus rapidement une toilette de qualité, qui correspond à leurs attentes, sans devoir épargner plusieurs mois avant l’achat. La campagne se prolongeant jusqu’au 30 juin, il est toujours possible de continuer à donner afin de permettre à davantage de ménages burkinabè de s’équiper. Si la collecte atteint 9 000 €, ce sont 1 600 habitants au total qui pourront se doter de toilettes sécurisées.

Quel est l’impact de ce projet pour le Gret ?

Cette campagne de financement participatif est une grande première pour le Gret, sur un sujet habituellement tabou. Parler de toilettes était un vrai défi ! Cette campagne nous a permis de porter le sujet au-devant de la scène et de faire connaître notre approche d’appui au secteur privé dans ce secteur. En effet, dans cette région rurale du Burkina Faso, l’accès au toilettes est très limité et les familles n’ont souvent que deux options : aller chez les voisins ou, pour la grande majorité, aller en brousse ou dans des maisons inhabitées. Ces pratiques sont dangereuses, surtout pour les jeunes enfants et les personnes âgées, qui risquent de se faire mordre par des serpents ou des scorpions, ou de se blesser dans des latrines « traditionnelles » présentant des risques d’effondrement. Enfin, le risque de propagation de maladies par les eaux usées et les excréments est lui aussi malheureusement bien réel.

Voir la page de la campagne.