Accueil » Un diagnostic socio-urbain mené dans quatre quartiers précaires de Yangon au Myanmar
Publié le 21/07/2017

Un diagnostic socio-urbain mené dans quatre quartiers précaires de Yangon au Myanmar

Mandaté par ONU-Habitat, le Gret a mené au printemps 2017 une étude dans quatre quartiers précaires de Yangon, au Myanmar, afin d’établir un diagnostic socio-urbain de chaque quartier et de dégager des pistes d’actions pour des projets de réhabilitation in situ. Deux types de quartiers étaient concernés : ceux dont les habitants ne possèdent pas de titre foncier (dits kyu kyaw – « squatteurs » en birman, ce qui est très péjoratif) et ceux issus de programmes publics de résorption d’habitat insalubre menés dans les années 1990. Des enquêtes qualitatives et quantitatives ont été menées auprès de 226 ménages, abordant l’histoire des quartiers, le système foncier, le logement, les situations économiques et les services urbains.

L’étude montre que ce sont principalement les difficultés économiques qui motivent l’installation des familles dans ces quartiers : le manque de ressources mène à l’endettement, puis à la vente de leur terrain ou logement, et enfin à la location – ou au squat si la location est trop chère. La précarité foncière entraîne un cercle vicieux et empêche bien souvent les personnes d’accéder à un emploi stable.

Ainsi, pour les habitants de ces quartiers, l’amélioration des conditions de vie passe dans un premier temps par l’amélioration de l’emploi, et donc de leurs ressources, et par la sécurisation foncière ; puis par l’amélioration des services, des infrastructures et du logement. L’articulation avec les services municipaux, en charge de l’eau, de l’électricité et de la gestion des déchets est par ailleurs primordiale.

Découvrir les activités du Gret au Myanmar