Accueil » Guyane : le Gret signe une charte de partenariat avec Soliha
Publié le 27/02/2018

Guyane : le Gret signe une charte de partenariat avec Soliha

Le 18 janvier dernier, les présidents du Gret et de la Fédération Soliha* ont signé une charte de collaboration pour l’innovation dans la prise en compte des besoins d’habitat des populations les plus modestes en Outre-mer.

Cette charte vient couronner plusieurs années de collaboration entre les deux organisations. La fédération des Pact-Arim et le Gret ont en effet commencé à collaborer à la fin des années 1980, dans le cadre du Programme Solidarité Habitat (PSH), soutenu par la Caisse des dépôts et consignations, le Fonds inter-Caraïbes, le ministère français des Affaires étrangères et l’Union européenne, et dont le Gret a assuré le secrétariat technique durant ses neuf années d’existence.

Plus récemment, des actions conjointes ont eu lieu :

  • en Haïti dans le cadre des projets de reconstruction, suite au séisme de janvier 2010 ;
  • dans la conception d’innovations et d’expérimentations en matière de résorption et de prévention de l’urbanisation spontanée, pour le compte des communes de Saint-Laurent-du-Maroni et de Maripasoula, et de la Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL) en Guyane ;
  • et à Mayotte, pour le compte de l’Agence française de développement (AFD) d’une part, et de la Mairie de Mamoudzou d’autre part, dans le cadre du nouveau projet de renouvellement urbain (NPRU) de Kawéni ;
  • dans les outremer en général avec une étude réalisée par le Gret pour le compte du Club des Pact des Dom, de la Fédération des Pact et du ministère des Outre-mer, sur les besoins d’amélioration de l’habitat des propriétaires occupants.

Ces travaux communs ont reçu un bon accueil de la part de l’Etat, de ses agences, des acteurs locaux et ont permis des contributions significatives aux réflexions sur l’urgente et nécessaire diversification des politiques publiques en matière de logement pour les plus modestes en Outre-mer ; en particulier là où, dans des contextes de croissance démographique et de flux migratoires très élevés, les politiques du logement s’avèrent incapables de répondre à une large partie des besoins. Ils ont permis de définir des pistes d’intervention autour de l’auto-construction et de l’auto-réhabilitation encadrées, totales ou partielles.

Le Gret et la Fédération Soliha ont également été invités à plusieurs reprises aux journées Habitat du ministère de l’Outre-mer, au congrès des entreprises publiques locales (EPL), au Conseil économique, social et environnemental (CESE). Un article sur la démarche d’innovation en Guyane a aussi fait l’objet d’une publication dans la revue Territoires en mouvement, éditée par l’Université de Lille Sciences et Technologies, et plus récemment dans la revue Habitat et Francophonie.

Pourtant, face à l’ampleur des défis, il est inquiétant de voir qu’il est si difficile et si long pour l’État et les collectivités d’engager des expérimentations, aussi modestes fussent-elles. Les études conjointes de la Fédération Soliha et du Gret en Guyane ont débouché sur la publication d’un nouvel arrêté préfectoral des aides à l’accession en Guyane en juillet 2015, mais leur test n’a toujours pas démarré. Cette situation a convaincu le Gret et Soliha de l’intérêt et de la pertinence de renforcer leur collaboration et de formaliser un cadre de coopération pour concevoir, promouvoir et tester de nouvelles approches. Tous deux sont convaincus que l’Etat et les collectivités locales ont tout intérêt à s’appuyer sur les processus de production sociale de la ville, en créant des conditions favorables à leur déploiement.

* La Fédération Soliha est issue de la fusion des mouvements Pact-Arim et Habitat et Développement.

Lire l’article : « Relever le défi de l’habitat spontané en Guyane : une expérimentation à Saint-Laurent-du-Maroni ».