Accueil » Projets » Améliorer la résilience des populations vulnérables en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle
Résanut

Améliorer la résilience des populations vulnérables en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle

Date de début Date de fin Budget Financement
01/04/2014 31/03/2017 1500000 € EuropeAid

Partenaires

Partenaire(s) Nord : AGIR (France)

Partenaire(s) Sud : Commune de Ajar, Commune de Arr, Commune de Ould M'Bonny

Projet

Dans le Guidimakha, en Mauritanie, les crises alimentaires et nutritionnelles sont récurrentes. Malgré de fortes potentialités agricoles, la zone peine à couvrir ses besoins alimentaires de base et la vulnérabilité de la population face aux chocs climatiques, aux catastrophes naturelles et aux conflits ne cesse de croître. Renforcer la résilience des populations pauvres implique d’améliorer leur capacité à surmonter ces crises devenues structurelles et de prévenir leur impact, en particulier sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Face à ces difficultés, les communes de Arr, Ajar et Ould M’Bonny se sont associées pour enclencher des actions durables pour lutter contre l’insécurité alimentaire. Début 2013, elles ont rencontré le Gret, présent en Mauritanie depuis 1990 et fortement engagé dans un programme de nutrition infantile dans le Brakna depuis 3 ans. Un programme commun a été élaboré, auquel a été associé AGIRabcd, association française appuyant déjà plusieurs coopératives agricoles au Guidimakha.

Le projet Résanut vise à améliorer, dans les communes de Arr, Ajar et Ould M’Bonny, la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages vulnérables, ainsi que leur capacité à supporter les périodes difficiles. Pour atteindre cet objectif, le Gret et ses partenaires vont :

  • Renforcer les capacités de production des familles les plus pauvres et préserver leur accès à l’alimentation pendant les périodes de soudure, par des transferts sociaux (monétaires ou alimentaires) et des fonds de relance des activités agricoles ;
  • Renforcer et sécuriser les moyens d’existence provenant de l’agriculture pour développer la production vivrière et assurer la disponibilité d’une alimentation diversifiée tout au long de l’année, en appuyant producteurs et groupements à adopter des techniques et systèmes de culture améliorés, en diversifiant les productions vivrières et en développant de nouvelles activités économiques ;
  • Améliorer les pratiques nutritionnelles pour prévenir de la malnutrition les femmes enceintes et allaitantes et les jeunes enfants, par des actions de sensibilisation aux bonnes pratiques d’alimentation, de soins et d’hygiène et la mise à disposition d’un aliment de complément adapté aux jeunes enfants.
Retour