Accueil » Projets » Programme de Fortification Alimentaire pour les populations vulnérables à Madagascar
PFOA

Programme de Fortification Alimentaire pour les populations vulnérables à Madagascar

Projet de terrain

Date de début Date de fin Budget Financement
01/01/2017 31/12/2020 3631763 € Union européenne ( UE )

Partenaires

Partenaire(s) Nord : UMR Nutripass (IRD)

Partenaire(s) Sud : Laboratoire de biochimie appliquée à la science des alimentations de l’Université d’Antananarivo (LABASAN), Ministère de la santé (Madagascar), Ministère du commerce (Madagascar), Nutri’zaza, Office National de Nutrition (ONN)

Projet

La malnutrition, un fléau national

À Madagascar, la malnutrition touche une grande partie de la population, particulièrement les enfants et les femmes. La dernière enquête de référence sur l’OMD en 2012 – 2013, révèle que 47% des enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance. Et selon l’Enquête Démographique et de Santé de Madagascar IV de 2009 (EDSM IV), 27% des femmes en âge de procréer souffrent d’une malnutrition chronique. Les carences en micronutriments, à savoir l’avitaminose A, l’anémie ferriprive, la carence en calcium constituent la forme de malnutrition la plus préoccupante et accroissent les risques de morbidité et de mortalité infantile et maternelle. Ces carences sont provoquées par la consommation insuffisante d’aliments riches nutritionnellement et des maladies infectieuses. Or ces pratiques d’alimentation sont très liées à des difficultés d’accès à des aliments adaptés d’un point de vue nutritionnel, organoleptique et économique. Elles sont également tributaires du faible niveau actuel d’éducation de la population sur l’alimentation.

De plus, l’Office National de Nutrition (ONN) et les Ministères de la Santé et du Commerce ne disposent pas aujourd’hui de norme nationale de qualité sur les aliments de complément de qualité, ni de réglementation en matière de production et de commercialisation d’aliments fortifiés leur permettant d’assurer pleinement leur rôle de régulateur au niveau de ce secteur d’activité.

Dans ce contexte, le gouvernement malgache a mis en place une politique nationale de nutrition, intégrée dans un Plan national d’action pour la nutrition avec 5 axes d’intervention inscrivant comme problème prioritaire à traiter les carences en micronutriments à travers la supplémentation des femmes enceintes et allaitantes, des adolescentes de 15 à 24 ans, des enfants de moins de 5 ans et d’âge scolaire de 6 à 14 ans et la fortification alimentaire où s’inscrit le projet PFOA.

Le projet PFOA a pour objectif de contribuer durablement à renforcer la production, la diffusion et la promotion d’aliments fortifiés locaux destinés aux femmes et aux jeunes enfants et d’appuyer l’Etat à créer un cadre de concertation multi-acteurs et un cadre législatif national en matière de fortification nutritionnelle favorable pour la consommation de ces produits notamment par les populations vulnérables au sein de 45 districts répartis dans 6 provinces de Madagascar (Antananarivo, Toamasina, Tuléar, Fianarantsoa, Mahajanga et Antsiranana).

 

De nombreux bénéficiaires :

  • 1 entreprise productrice d’aliments fortifiés et l’entreprise sociale de droit malgache Nutri’zaza pour rendre accessible à l’ensemble des populations défavorisées de Madagascar des aliments fortifiés de qualité
  • Les consommateurs de ces produits : 800.000 enfants de 6 à 24 mois ; 70 000 enfants d’âge préscolaire (de 2 à 5 ans) ; 10 000 enfants de 6 à 14 ans scolarisés dans 20 écoles primaires publiques d’Antananarivo ; 25 000 femmes en âge d’avoir des enfants.
  • Les institutions publiques : les ministères de la Santé, du Commerce et de l’Education de Base, et l’Office National de Nutrition (ONN); les services décentralisés des communes et des fokontany ciblés étroitement impliqués dans la mise en œuvre des actions.
  • La société civile malgache et internationale

Découvrir aussi le programme innovant d’éducation nutritionnelle en milieu urbain (Penim) à Madagascar.

Retour