Accueil » Projets » Sécurité alimentaire, résilience et agroécologie en Guinée
Sara-Guinée

Sécurité alimentaire, résilience et agroécologie en Guinée

Projet de terrain

Date de début Date de fin Budget Financement
13/10/2016 12/10/2019 3703703 € CCFD, Union européenne ( UE )

Partenaires

Partenaire(s) Nord : CCFD

Partenaire(s) Sud : FPFD, Maison Guinéenne de l'Entrepreneur (MGE)

Projet

Le Gret intervient depuis le milieu des années 90 en Guinée sur des problématiques de sécurité alimentaire et d’appui au développement des filières agricoles dans les différentes régions du pays. Le Gret collabore avec de nombreux acteurs locaux (ONG, organisations paysannes et professionnelles, services de l’Etat et autorités locales) pour fournir des appuis aux groupements, unions et fédérations professionnelles agricoles et d’opérateurs de l’aval des filières.

L’épidémie Ebola qui a frappé le pays en 2014-2015 a eu des impacts politiques, économiques et sociaux de grande ampleur. La communauté internationale s’est prioritairement mobilisée pour lutter d’urgence contre les conséquences sanitaires et concentre maintenant davantage l’aide sur les effets de l’épidémie sur la pauvreté et la sécurité alimentaire. En 2016, l’Union européenne a mis en place un programme international d’action en faveur de la résilience – Pro-Resilience Action (PRO-ACT) – qui en Guinée permet de renforcer et étendre les actions de deux projets financés également par l’UE  :

  • Le projet d’Amélioration des capacités des organisations des filières riz et huile de palme (Acorh) mis en œuvre par le Gret en partenariat avec la MGE en Haute Guinée, Guinée Forestière et Basse Guinée et qui a également bénéficié d’un appui financier de l’AFD (Division pour le partenariat avec les ONG -DPO), du CFSI et de la Fondation de France
  • Le projet de Renforcement de la sécurité alimentaire dans les zones enclavées du Nord de la Guinée (Résa Nord), mis en œuvre en Moyenne Guinée par la Fédération des paysans du Fouta Djallon (FPFD), le Comité Catholique contre la Faim et pour le développement (CCFD), et le Gret.

Le projet Sara-Guinée associe les 4 partenaires de ces deux actions avec  pour objectif général de renforcer la résilience et l’autonomie des agriculteurs familiaux et des petits entrepreneurs ruraux des filières agricoles locales en Moyenne Guinée et en Guinée Forestière. Le projet contribuera à  sécuriser leur alimentation et leurs revenus face aux fortes contraintes de leur environnement (crises sanitaires et changements climatiques). Les résultats attendus sont les suivants :

  • R1 (Moyenne Guinée) : Les exploitations familiales ont augmenté leur production et amélioré leur alimentation à travers l’adoption de pratiques agro-écologiques et de bonnes pratiques nutritionnelles
  • R2 (Moyenne Guinée) : Les revenus des exploitations familiales sont sécurisés à travers l’amélioration de l’accès au marché, la concertation interprofessionnelle au sein de filières porteuses et l’accompagnement d’initiatives économiques
  • R3 (Moyenne Guinée) : Les paysans assurent une gouvernance inclusive de leurs organisations professionnelles agricoles et, à travers elles, sont reconnus par les pouvoirs publics et renforcent leur contribution au développement de leurs territoires
  • R4 (Guinée Forestière) : Les exploitations agricoles familiales améliorent leurs conditions de production  de riz et d’huile de palme par l’accès à des services et des moyens de productions plus durables
  • R5 (Guinée Forestière) : Les ménages augmentent et sécurisent leurs revenus non agricoles (transformation commerce) et l’approvisionnement des marchés en produits locaux de qualité
  • R6 (Guinée Forestière) : La gouvernance et les connaissances des organisations et des processus collectifs de gestion de la qualité et de commercialisation des produits locaux sont renforcées
  • R7 (Transversal / Basse Guinée) : La structuration et la concertation interprofessionnelle pour la promotion d’un riz local de qualité sont renforcées et la valorisation de la qualité et la promotion des produits de l’agriculture familiale sont mieux pris en compte dans les politiques publiques
  • R8 (Transversal) : Les organisations de la société civile sont forces de propositions dans le débat public sur les problématiques clefs de l’agriculture familiale et du développement des filières vivrières locales.

Les groupes cibles du projet sont 990 groupements représentant environ 22 000 personnes, 60 unions, 5 fédérations (FPFD, Feprori GF, Ferepah, Feri GF, Feri BG) et une organisation interprofessionnelle en Basse guinée (Réseau Böra Maalé).

Retour