Accueil » Publications » Dynamiques paysannes de mise en culture des bas-fonds en Afrique de l’Ouest forestière : communication au colloque Quel avenir pour les rizicultures de l’Afrique de l’Ouest?, Cirad-CA/Regards, Bordeaux, 4-7 avril 1995
Communication

Dynamiques paysannes de mise en culture des bas-fonds en Afrique de l’Ouest forestière : communication au colloque Quel avenir pour les rizicultures de l’Afrique de l’Ouest?, Cirad-CA/Regards, Bordeaux, 4-7 avril 1995

Auteur(s) : Lavigne Delville, Philippe; Boucher, Luc
InLes rizicultures de l'Afrique de l'Ouest [CD-Rom] / Leplaideur, A. (dir.); Cheneau Loquay, A. (dir.)
Lieu d'édition Editeur Date d'édition
Montpellier (France) Cirad 1998
électronique - p. 365-376
Langu(e)s : Français
Résumé
Alors que, à l'exception des zones de mangrove et de régions spécifiques comme le pays kissi en Guinée forestière, la riziculture des zones humides d'Afrique de l'Ouest était essentiellement une riziculture pluviale, on assiste depuis quelques dizaines d'années, dans certaines régions, à un développement ou à une généralisation de la riziculture inondée de bas-fonds, avec ou sans aménagement. Pour accroître la production vivrière régionale, ou dans une optique environnementaliste (limiter la pression humaine sur les côteaux en favorisant une production intensive en bas-fond), de nombreux projets se sont récemment orientés vers les aménagements de bas-fonds. Outre des problèmes techniques, ces projets n'ont pas totalement échappé au problème classique du décalage entre rationalité technique (celle de l'aménagiste, en l'occurrence) et logiques paysannes. Analyser dans quelles conditions, comment, pourquoi et pour qui, les bas-fonds deviennent un enjeu dans les stratégies économiques familiales, élucider les déterminants de leur mise en culture, et la place que les paysans leur assignent au sein de leur système de production : outre son intérêt en terme de connaissance de dynamiques agraires, une telle approche est aussi un moyen d'orienter les choix techniques et méthodologiques des projets, comme de mieux mesurer l'enjeu des bas-fonds dans l'avenir des rizicultures de la région.

Retour