Accueil » Publications » Institutions, acteurs locaux et régulations d’une action publique « réussie » – Etude de cas du programme Méddea d’accès à l’eau à Madagascar

Institutions, acteurs locaux et régulations d’une action publique « réussie » – Etude de cas du programme Méddea d’accès à l’eau à Madagascar

Auteur(s) : Léa Barbier; Mathieu Le Corre
Lieu d'édition Editeur Date d'édition
Nogent-sur-Marne Gret 03/2017
- 98 p.
Télécharger la publication :
Résumé

Une action publique est dite « réussie » lorsque, aménageant les dispositifs existants et facilitant la participation de tous les acteurs concernés, elle s’accompagne d’une bonne insertion institutionnelle.

Ce document donne corps à ces enjeux à partir d’une étude de cas à Madagascar sur le programme Méddea d’approvisionnement en eau et de renforcement de la maîtrise d’ouvrage des acteurs communaux et des compétences privées.

Dans le contexte institutionnel flou et mouvant des politiques malgaches de décentralisation, dans quelles mesures la mise en oeuvre d’un programme pour l’accès aux services essentiels a-t-elle pu respecter les critères d’une action publique « réussie » ? Quels en ont été les apports et les limites ? À l’échelle communale, comment les acteurs locaux y ont-ils contribué ? Comment ont-ils interagi avec l’équipe projet, et comment leurs logiques ont-elles fait sens ? Et que reste-t-il du programme quelques années après ?

Le programme Méddea est analysé au prisme des critères d’une action publique « réussie » et d’une analyse socio-anthropologique plus approfondie des jeux d’acteurs locaux menée sur l’un des terrains d’intervention : la commune d’Ambohibary, dans la région de Vakinankaratra. En conclusion, l’étude revient sur les résultats du programme observés six ans après.


Retour