Accueil » Publications » Liberté de la presse, responsabilité des médias, l’Afrique sur la voie de l’autorégulation
Ouvrage

Liberté de la presse, responsabilité des médias, l’Afrique sur la voie de l’autorégulation

Auteur(s) : Duplat, Domitille
Lieu d'édition Editeur Date d'édition
Paris Gret 2002
Imprimé - 96 p.
Langu(e)s : Français
12,00 euros
N° ISBN : 2-86844-128-9
Commander cette publication : baud@gret.org
Télécharger la publication :
Résumé
Comme l'indépendance du pouvoir judiciaire à l'égard de l'exécutif, l'indépendance de la presse est une des pierres angulaires de la démocratie. Pour autant, pour sa préservation même, cette indépendance ne doit-elle pas se donner des limites ? Afin de défendre l'idée d'une presse libre et responsable, les médias sont de plus en plus nombreux à s'engager dans la voie d'une régulation interne et volontaire : l'autorégulation. Dans nombre de pays africains, la liberté de la presse est encore toute relative, et surtout vulnérable, qu'elle soit menacée par le pouvoir ou fragilisée par les excès dont les médias eux-mêmes se rendent coupables. C'est dans ce contexte que sont apparues les premières instances africaines d'autorégulation des médias, visant à faire respecter la déontologie, à forger dans l'esprit des journalistes une éthique de l'information et à engager la presse dans une dynamique de professionnalisation. En charge d'un programme d'appui aux instances africaines d'autorégulation financé par l'Union européenne, en collaboration avec la Fédération internationale des journalistes (Fij), l'Union des journalistes de l'Afrique de l'Ouest (UJAO) et l'Observatoire ivoirien (Observatoire de la liberté de la presse, de l'éthique et de la déontologie - Olped), le Gret a souhaité travailler sur la question dans un objectif double : apporter des références sur l'autorégulation des médias et donner un éclairage sur les expériences naissantes en Afrique. Dans une première partie sont ainsi présentées les approches de l'autorégulation et différents mécanismes utilisés par les médias dans plusieurs pays du monde. La deuxième partie est consacrée aux instances africaines. Elle expose le fonctionnement de l'Observatoire béninois (Odem), analysant ses acquis et difficultés, puis étudie les défis à relever pour des instances qui, si elles veulent remplir pleinement leur mission, doivent se pérenniser. nr

Retour