Accueil » Publications » René Dumont revisité et les politiques agricoles africaines
CD-Rom, Ouvrage

René Dumont revisité et les politiques agricoles africaines

Organismes auteurs : Agence française de développement (AFD), Agence Universitaire de la Francophonie, AgroParisTech, Cirad, Gret, Nepad, Organisation Internationale de la Francophonie
Auteur(s) : Coordination générale : Hervé Bichat; Philippe Dierickx; Marc Dufumier; Etienne Hainzelin; Marc Lévy, Camille Le Jean; Didier Oillo, Vatché Papazian; Henri Rouillé d'Orfeuil
Lieu d'édition Editeur Date d'édition
Nogent-sur-Marne Gret 2014/01
CD - 93 p.
Télécharger la publication :
Résumé

En 1962, René Dumont publiait L’ Afrique noire est mal partie. Ce livre, qui concernait essentiellement l’Afrique de l’Ouest, fit scandale à l’époque car il intervenait au lendemain des indépendances des colonies européennes, à un moment où les jeunes États africains pouvaient espérer un développement prometteur.

50 ans après, les Éditions du Seuil ont réédité l’ouvrage. Relire le texte de l’illustre agronome et confronter ses enseignements à l’histoire des 50 dernières années et à l’état des connaissances agronomiques d’aujourd’hui nous est apparu d’une grande utilité pour comprendre la situation actuelle de l’Afrique subsaharienne et entrevoir quelles pourraient être les voies de son avenir.

C’est pourquoi la Fondation René Dumont prit l’initiative d’abord de lancer un appel à communications puis d’organiser les 15 et 16 novembre 2012, un colloque sur le devenir de l’agriculture et des politiques agricoles africaines au sud du Sahara. Au cours de la première journée, le colloque profita des nombreuses communications, regroupées et synthétisées autour de quatre grandes thématiques dont se préoccupait déjà René Dumont dans les années 1960 : l’agroécologie ; la maîtrise du foncier ; l’avenir de l’agriculture familiale ; l’accès aux marchés. Au cours de la deuxième journée, le colloque fut l’occasion d’entendre une variété de personnalités sur le thème des politiques agricoles et de coopération qui seraient à mettre en oeuvre pour promouvoir le développement d’une agriculture productive, rémunératrice et durable en Afrique subsaharienne.


Retour