Accueil » Thématiques » Agriculture : filières et politiques agricoles » Améliorer la résilience des paysans birmans au changement climatique en zone sèche

Améliorer la résilience des paysans birmans au changement climatique en zone sèche

< Retour

Grâce au partenariat Find-Cartier Philanthropy, le Gret propose des techniques agricoles innovantes aux paysans de 75 villages (plus de 2 000 ménages concernés) de la « Dry Zone » pour accroître leur résilience face aux aléas climatiques. L’appropriation de ces techniques permettra aux petits agriculteurs de la région d’exploiter durablement leurs terres, d’assurer l’autosuffisance alimentaire et des revenus décents à leurs familles.

Afin d’étendre l’impact et d’assurer la diffusion des techniques au niveau régional, le Gret travaillera en collaboration avec les services techniques du Ministère de l’Agriculture ainsi qu’avec l’Université d’Agronomie de Yézin, en impliquant les professeurs et les étudiants dans le projet.


L’utilisation de techniques matérielles comme la construction de digues et de brise-vents réduis l’impact des contraintes climatiques sur les sols. [© Gret]

Culture du piment, plante à haute valeur ajoutée et indicatrice du retour de la fertilité sur une parcelle aménagée contre l’érosion pluviale. [© Gret]

Accumulation de sédiments (limons et argiles) favorisé par l’aménagement des parcelles. [© Gret]

La régénération des nappes phréatiques permet la pratique de cultures irriguées à haute valeur ajoutée par irrigation (tomates, maïs doux, pois chiche, ail, oignon, etc.). [© Gret]

Glanage des gousses d’arachide après récolte. Variété locale adaptée aux conditions climatiques difficiles de la Dry Zone. [© Gret]

Depuis 2011, le Gret test et diffuse avec les paysans des techniques pour améliorer la fertilité des sols fortement érodés de la Dry Zone du Myanmar. [© Gret]

Parcelles aménagées en terrasses. On note la culture du piment à droite. [© Gret]

DryZone_Photo8 : Depuis 2011, le Gret test et diffuse avec les paysans des techniques pour améliorer la fertilité des sols fortement érodés de la Dry Zone du Myanmar. [© Gret]

Remise en culture avec du maïs doux et du pois chiche d’une parcelle très fortement dégradée et aménagée par une digue en terre compactée. [© Gret]

La culture de tomate irriguée est très rémunératrice mais demande des sols fertiles et de l’eau en abondance, ce qui est permis grâce aux parcelles aménagées en terrasses. [© Gret]

L’irrigation permet le développement des pratiques maraîchères dans la Dry Zone du Myanmar. [© Gret]

Retenue d’eau pour l’abreuvement du bétail et réserve pour la consommation villageoise en fin de saison sèche. [© Gret]