Accueil » Agir durablement contre la malnutrition infantile au Burkina Faso : recommandation Gret-ACF
Publié le 05/09/2012

Agir durablement contre la malnutrition infantile au Burkina Faso : recommandation Gret-ACF

 Premier facteur de risque pour les enfants de moins de cinq ans, la malnutrition est responsable de la mort de plus de 40 000 enfants chaque année au Burkina Faso. Les acteurs humanitaires se mobilisent et apportent un appui aux services sanitaires à travers des programmes permettant de prévenir et de prendre en charge la malnutrition aiguë. La malnutrition se manifeste aussi sous forme de retard de croissance ou de carences en micronutriments. Elle est une entrave au développement humain et économique des pays pauvres ; l’enfant affecté par la malnutrition aura plus de difficultés à étudier, à rester en bonne santé… et cela se répercutera bien souvent de génération en génération. En diminuant les potentialités individuelles, la malnutrition favorise l’enlisement dans la pauvreté et handicape le développement économique d’un pays.

Au Burkina Faso, ACF et le Gret, coordonnent leurs efforts pour appréhender les causes structurelles de la malnutrition, mais aussi pour faire face aux situations de crise. Depuis 2011, les deux ONG ont répondu à des situations d’urgence en mobilisant les capacités de production des filières locales de farines infantiles. Sur la base de ces expériences développées en situation de crise, ACF et le Gret recommandent aujourd’hui de se mobiliser pour soutenir le secteur privé local à produire et diffuser des aliments de complément bon marché, et à mettre en place une stratégie de filet nutritionnel saisonnier à destination des ménages les plus vulnérables (pouvant être élargi en cas de crise). Une telle approche permettrait d’améliorer la résilience des populations, d’optimiser les impacts des programmes de développement, de réduire les besoins d’intervention d’urgence, et à terme de réduire la prévalence de la malnutrition.

Voir ci-joint le document de position conjoint