Accueil » Mauritanie : interdiction des sacs plastiques
Publié le 21/01/2013

Mauritanie : interdiction des sacs plastiques

Depuis le 1er janvier, les sachets plastiques sont interdits en Mauritanie. Dans un rapport de 2011, les Nations unies les qualifiaient de «menace pour les écosystèmes et la santé humaine». En Mauritanie, les « zazous » (comme on les appelle en langue locale) sont massivement utilisés par les commerçants. En moyenne, un Mauritanien utilise sept zazous par jour, qui finissent souvent par terre. Résultat : une pollution environnementale et visuelle omniprésente et des zazous dans la panse de 80 % des bovins de la capitale.

En 2007, le ministère mauritanien de l’Environnement sollicite le Gret pour l’aider à mettre en œuvre une stratégie de lutte contre cette pollution multiforme : le projet Zazou est né. En cinq ans, une filière de collecte et recyclage des déchets plastiques est créée à Nouakchott et confiée à des femmes qui en tirent des revenus. Toutefois, si la création d’une filière de valorisation des plastiques durs est possible, elle n’est en revanche pas viable techniquement et économiquement pour les sachets plastiques.

C’est pourquoi le Gret, s’appuyant également sur des expériences déjà menées dans d’autres pays de la sous-région, décide avec les autres acteurs de se concentrer sur la réduction des pollutions à la source, sur cinq ans :

  • une concertation élargie avec les acteurs économiques et la société civile ;
  • une taxation sur deux ans (écotaxe) : l’augmentation significative du prix des zazous qui en résulte doit permettre de diminuer leur distribution et de générer des moyens financiers pouvant être mis au service de la stratégie nationale, pour la promotion de contenants de substitution par exemple,
  • à terme, une interdiction partielle ou totale.

En parallèle, des campagnes de sensibilisation et de communication sur les dangers des zazous permettent l’évolution, au fil de temps, des mentalités et des pratiques.

En juillet 2012, le Ministère de l’Environnement interdit l’importation, la distribution, la fabrication et l’utilisation de tous sachets plastiques servant au transport ou l’emballage de produits, avec un moratoire de six mois. Des amendes conséquentes de 7 à 2500 euros sont prévues.

Depuis l’entrée en application de la loi, certains commerçants proposent cartons et sacs en papier, mais les zazous restent présents (marchés, etc.) L’absence d’agents spécifiquement dédiés au contrôle et des habitudes de consommation fortement ancrées, combinées à un manque de solutions alternatives, laissent craindre que l’application du décret soit difficile dans la durée. Le Gret continue son appui au travers d’une campagne de sensibilisation sur les dangers des pollutions plastiques (un million de personnes touchées) et d’une campagne de communication sur l’entrée en vigueur de la loi.

Voir la campagne Sidi et les zazous

Sidi et les Zazous par Gret-videos