Accueil » 3 questions à François de Salle Rasamimanana, administrateur délégué de la Société pour la maîtrise de l’eau, de l’énergie et de l’environnement (SM3E)
Publié le 27/05/2013

3 questions à François de Salle Rasamimanana, administrateur délégué de la Société pour la maîtrise de l’eau, de l’énergie et de l’environnement (SM3E)

La SM3E est le délégataire de services sélectionné pour mettre en place un réseau hydroélectrique villageois dans la commune de Tolongoina à Madagascar, dans le cadre du projet RHYviere du Gret.  Alors que le projet touche à sa fin, le directeur de la SM3E témoigne de l’état d’avancement du réseau dans la commune.

En lien : Quel est l’intérêt d’un système de réseau hydroélectrique à Tolongoina ?

François de Salle Rasamimanana.  Notre expérience à Madagascar nous a montré les limites de l’électricité fonctionnant via des centrales thermiques : problèmes de ravitaillement de carburant, tarifs très élevés pour un service de qualité médiocre, incapacité de contrôler la consommation, vols de matériels. L’hydroélectricité nécessite un investissement plus coûteux au départ, mais les tarifs sont moindres à la suite. Tout le monde sait que  les énergies renouvelables sont l’avenir pour Madagascar, lui permettant de distribuer de l’électricité beaucoup plus largement. Dans le contexte de Tolongoina où la ressource en eau est disponible, cette solution est particulièrement pertinente.

EL : Pourquoi avez-vous répondu à l’appel d’offres lorsque la commune cherchait un délégataire ?

FDS. Ce contrat offrait de nombreuses opportunités, non seulement en termes de marché mais aussi en termes de formation et de recherche. Effectivement nous sommes des universitaires, et nous enseignons dans deux licences dont une en énergies renouvelables. Le projet permettait de recevoir des stagiaires de l’université et ainsi de former les futurs cadres sur cette technologie à Madagascar. Par ailleurs, cette expérimentation est venue enrichir nos programmes de recherche sur l’hydroélectricité. Nous sommes ravis de cette opportunité offerte par le projet du Gret.

EL : Quel impact déjà constaté dans la zone et quels défis pour demain ?

FDS.  L’accès à l’électricité dans la zone a ouvert des opportunités pour les habitants. De plus en plus, nous recevons des demandes spontanées pour un courant plus important, permettant de créer des activités économiques comme des scieries, des décortiqueries ou des entreprises de soudure. Pour ce faire, des défis restent à relever, comme la mise en place de la deuxième turbine le plus vite possible pour répondre à cette demande. Pour le moment, nous avons testé le bon fonctionnement du réseau avant de démarrer le paiement des abonnements que nous projetons de commencer au mois de juin. Actuellement nous comptons 150 abonnés, le système installé permet de répondre aux besoins de 380 ménages. Par ailleurs l’accès au réseau favorise le développement socio-économique de la commune.

Avec la contribution de Andriamasomanalina Rivoarivelo, directeur général, et Randriamanantany Zely, actionnaire de la SM3E.