Accueil » Renforcer la résilience des populations vulnérables dans le Sahel
Publié le 23/05/2014

Renforcer la résilience des populations vulnérables dans le Sahel

Dans le Sahel, les crises alimentaires sont récurrentes. Les programmes d’urgence et de développement n’ont pas permis de limiter la vulnérabilité des populations face aux chocs climatiques, aux catastrophes naturelles et aux conflits, ni de prévenir leur impact sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Renforcer la résilience des populations pauvres implique d’améliorer leur capacité à surmonter ces crises devenues structurelles. Cela passe par une approche multisectorielle et l’alliance d’actions de court, moyen et long termes. Le Gret mène deux nouveaux projets dans cet objectif en 2014.

Depuis avril 2014, le Gret mène deux nouveaux projets pour renforcer la résilience des populations : au Burkina Faso (projet Repam) dans les provinces du Mouhoun et du Nayala en partenariat avec la Fédération des professionnels agricoles du Burkina (Fepab) et dans la région du Guidimakha en Mauritanie (projet Resanut). Le Gret mêle actions de court terme et stratégies intégrées contre les causes structurelles de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition :

• Renforcer les capacités de production des familles les plus pauvres. Pendant les périodes « de soudure », c’est-à-dire précédant les récoltes et où les denrées alimentaires viennent à manquer, il s’agit de maintenir ou reconstituer le capital productif des familles via des stratégies de transferts sociaux (transferts monétaires ou alimentaires), des fonds de relance des activités agricoles et non agricoles.
• Renforcer et sécuriser les moyens d’existence provenant de l’agriculture pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Pour ce faire, le Gret appuie des producteurs et groupements à adopter des techniques et systèmes de culture améliorés, en diversifiant les productions vivrières (céréalières et maraîchères) et en développant de nouvelles activités économiques (élevage, transformation et commercialisation).
• Améliorer les connaissances et pratiques nutritionnelles. Le Gret sensibilise aux bonnes pratiques d’alimentation, de soins et d’hygiène, soutient la production locale et la commercialisation à bas coût d’aliments fortifiés et promeut la consommation d’aliments locaux à haute valeur nutritive.
Ces expériences, qui durent trois à quatre ans, feront l’objet de capitalisations et de publications afin d’en diffuser les enseignements. Le travail avec les organisations de producteurs permettra aux familles vulnérables de bénéficier des services de proximité qui seront développés.