Accueil » 3 questions à Laurent Levard, expert agriculture au Gret, en direct du symposium agroécologie de la FAO 2014
Publié le 18/09/2014

3 questions à Laurent Levard, expert agriculture au Gret, en direct du symposium agroécologie de la FAO 2014

Les 18 et 19 septembre, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise à Rome un symposium international sur l’agro-écologie, une semaine avant le sommet des Chefs d’Etat sur le Climat à New York. L’agro-écologie est un levier fondamental pour contribuer à la fois aux objectifs de sécurité alimentaire et de lutte contre le changement climatique. Ce symposium est une étape clé pour que la FAO défende cette approche lors du Sommet du 23 septembre, où se discuteront d’autres concepts alternatifs, plus discutables, comme l’agriculture intelligente face au climat.

Trois questions à Laurent Levard, expert agriculture au Gret en direct de Rome où il porte la voix de Coordination SUD.

Quels sont les enjeux de ce symposium sur l’agroécologie?

Le système d’agriculture conventionnel issu de la révolution verte est aujourd’hui complètement inadapté à la réalité de nombre d’agriculteurs familiaux dans le monde. Ce modèle rencontre des limites en termes d’accroissement de la production et constitue une impasse du point de vue écologique et environnemental. L’agroécologie constitue une alternative à ce modèle. Elle se développe depuis plusieurs décennies, essentiellement sur la base d’innovations paysannes, avec des impacts positifs en matière de production, de sécurité alimentaire, de durabilité écologique, d’adaptation au changement climatique.
Ce symposium est très important car il s’agit d’un événement des Nations unies rassemblant des personnes du monde entier et qui permettra de faire le point sur les avancées de l’agroécologie, les difficultés et le nouveau rôle de la recherche dans ce contexte.

Pourquoi l’agroécologie est-elle la meilleure alternative pour contribuer à la sécurité alimentaire et lutter contre le changement climatique?

L’agroécologie recouvre à la fois une discipline scientifique, un ensemble de pratiques et un mouvement social en faveur d’un autre modèle agricole et alimentaire. Au niveau de l’agriculture elle-même, l’agroécologie vise à mettre à profit les potentialités des écosystèmes cultivés pour produire des produits de qualité au service de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du plus grand nombre, tout en protégeant l’environnement et la population, en limitant l’usage de ressources rares ou non renouvelables (énergie, engrais chimiques, eau) et en contribuant à la lutte contre le changement climatique.

Vous défendez à Rome la position de Coordination SUD alertant sur le projet d’Alliance sur l’agriculture intelligente face au climat. De quoi s’agit-il?

Alors que l’agroécologie se développe, le concept de « climate smart agriculture » (Agriculture intelligente face au climat) et l’Alliance qui porte son nom constituent aujourd’hui un véritable danger, car la définition est tellement générale qu’elle permettra à peu près à n’importe qui de s’en réclamer, et en particulier ceux qui ont le plus de moyens pour se faire entendre, c’est-à-dire les multinationales de l’agro-business. Elles trouveront ainsi l’occasion de faire accepter (greenwashing) les technologies qui sont leur fond de commerce (OGM, engrais et pesticides chimiques…) alors que ce sont précisément celles-ci qui constituent une impasse. L’urgence climatique ne doit en aucun cas ouvrir la porte à de fausses « solutions climat » qui menaceraient les droits fondamentaux des populations agricoles et rurales et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des plus pauvres. L’Acsa pourrait être un contre-feu au développement de l’agro-écologie, en faveur des intérêts économiques de certaines multinationales. Les ONG souhaitent que la France s’engage à soutenir les solutions durables comme l’agro-écologie au Symposium de Rome, où elle sera représentée par le Ministre de l’Agriculture Stéphane le Foll, conformément à ses engagements politiques en faveur des agricultures familiales.

Voir la note d’analyse de Coordination SUD

Voir la lettre ouverte de la société civile internationale sur le symposium

Voir la note du Gret pour Coordination SUD sur l’agroécologie

Contact à Rome: Laurent Levard : levard@gret.org