Accueil » Refuser les accords « de partenariat » (APE) entre l’Europe et les pays d’Afrique subsaharienne
Publié le 29/09/2014

Refuser les accords « de partenariat » (APE) entre l’Europe et les pays d’Afrique subsaharienne

Appel aux organisations de la société civile et aux élus en Europe et en Afrique
Les Parlements des pays concernés et les Institutions européennes doivent refuser les accords « de partenariat » (APE) entre l’Europe et les pays d’Afrique subsaharienne

Le 10 juillet 2014, à Accra, capitale du Ghana, les 16 chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest ont approuvé un projet d’accord dit de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne (UE) et les 15 Etats de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) plus la Mauritanie. Dans le même temps, un APE a été paraphé le 22 juillet avec six Etats de l’Afrique australe. Il s’agit en fait d’accords de « libre-échange » visant, dans le cas de l’Afrique de l’Ouest, à supprimer 75% des droits de douane sur les importations venant de l’UE et à limiter, au-delà des exigences de l’OMC, les possibilités des Etats africains de mener une politique commerciale autonome. Cet accord résulte de pressions exercées par les firmes multinationales européennes, au service desquelles se sont mises les Institutions européennes (Commission, Conseil et Parlement), parvenant à entrainer des chefs d’Etat africains qui, à quelques exceptions près, sont restés insensibles aux mises en garde de leurs sociétés civiles mobilisées depuis 14 ans.

Lire l’intégralité de l’appel aux organisations de la société civile
Signatures de l’appel