Accueil » 3 questions à Mamadama Camara, présidente du Réseau Bora Malé en Guinée
Publié le 27/11/2014

3 questions à Mamadama Camara, présidente du Réseau Bora Malé en Guinée

Mamadama Camara est commerçante de riz depuis 20 ans à Conakry et vice-présidente du groupement Fégassè (en langue soussou : « capable de réussir ») du quartier Boussoura. Le 21 octobre 2014, elle a été élue présidente du Réseau Bora Malé, association interprofessionnelle réunissant des représentants de producteurs, étuveuses, décortiqueurs et commerçants de riz de mangrove, lors de l’Assemblée générale constitutive. Objectif : porter une marque collective pour promouvoir le riz de mangrove de qualité en Guinée. Une initiative innovante appuyée par le Gret, avec le soutien de Find.


Riz Bora Malé – Une marque collective pour valoriser et protéger un produit typique de la Guinée

Qu’est-ce que le Réseau Bora Malé ?

La Guinée dispose d’un produit agricole fortement valorisable, le riz de mangrove Bora Malé (« riz de boue » en soussou). Ce riz est majoritairement biologique et possède des qualités très appréciées des consommateurs en comparaison des autres riz locaux et surtout du riz importé. C’est une très bonne initiative de promouvoir ce riz, pour nous les acteurs de la filière mais aussi pour notre pays. La mise en place d’un label de qualité, sous forme d’une marque collective, nous permet de nous unir pour lutter contre l’usurpation du nom Bora Malé sur les marchés, d’avoir des bénéfices plus avantageux grâce à l’amélioration de la qualité et donc d’augmenter nos revenus. Ces dernières années, nous, les acteurs de la filière en Basse Guinée, avons reçu des formations du Gret, de la MGE, de la FOPBG et des services du ministère de l’Agriculture (voir projets Acorh et riz Basse Guinée). Nous avons été sensibilisés sur les enjeux d’améliorer la qualité du riz pour une meilleure compétitivité de notre produit. A l’issue de ce travail, nous avons décidé de nous différencier et de nous donner la main autour de ce projet de label. La situation sanitaire liée au virus Ebola a malheureusement imposé des reports de l’Assemblée générale constitutive du Réseau, mais elle ne nous a pas empêchés d’aller de l’avant et nous y sommes parvenus !

Vous avez été élue présidente du Réseau : quel sera votre rôle ?

En tant que commerçante, je suis satisfaite d’être membre du Réseau car cela va me permettre d’améliorer la qualité de mon travail et d’augmenter ma clientèle ainsi que celle de mon organisation de base (groupement des commerçantes). C’est un honneur pour moi d’avoir été choisie comme présidente d’une telle organisation innovante pour notre pays. Il me revient, en collaboration avec les autres élus, de garantir l’avancée des activités du Réseau. Je dois veiller à la qualité effective du riz que nous allons mettre sur le marché. Alors, nos accompagnateurs et bailleurs resteront à nos côtés. De plus, si cette expérience porte ses fruits, elle contribuera significativement au développement de la Guinée et je serai fière d’y avoir contribué en tant que présidente.

Quels défis attendent maintenant le Réseau Bora Malé ?

Le tout premier défi est de mener à bien un test de commercialisation de riz sous la marque pour la récolte de 2014 (10 tonnes prévues). C’est une action concrète qui, si elle réussit, va fortement motiver les acteurs de la filière et montrer la fiabilité du Réseau. Mais pour cela, nos clients doivent être satisfaits du produit. S’ils le sont, ils seront alors fidèles à la marque et toujours plus nombreux ! Le Réseau permettra de développer des débouchés pour tous les acteurs de la zone de mangrove. Un autre défi de taille est notre cohésion au sein du Réseau. Si les relations interprofessionnelles pouvaient être parfois difficiles, notre première réunion du Conseil d’administration du 4 novembre 2014 nous a rassurés sur nos capacités à nous entendre et sur les perspectives et la force de notre collectif. Je suis persuadée que la prochaine réunion sera encore plus harmonieuse. Si nous, les élus, montrons l’exemple, les membres du Réseau suivront la dynamique.

Voir les positions du Gret sur les marques collectives
Fiche projet Acorh