Accueil » Démarrage du projet Partag à Pointe-Noire au Congo
Publié le 01/06/2015

Démarrage du projet Partag à Pointe-Noire au Congo

Au Congo, le marché du travail est largement dominé par le secteur informel, qui représente 78 % de l’emploi. 80 % de ceux qui y exercent sont touchés par la pauvreté (grande précarité dans l’exercice de l’activité et des conditions de travail, faible productivité, etc.). Le secteur informel est également le premier lieu de professionnalisation pour les jeunes en situation de décrochage scolaire, pour qui l’apprentissage d’un métier au sein d’une petite entreprise artisanale constitue l’unique façon de préparer leur avenir professionnel.

Face à ce constat, l’Etat congolais a défini une politique nationale visant à structurer le secteur de l’artisanat et à lui offrir un cadre juridique et institutionnel amélioré. Pendant quatre ans, le Gret et son partenaire le Groupement interprofessionnel des artisans du Congo (Giac) s’inscriront dans cette dynamique avec le projet Partag (appui au secteur artisanal via le renforcement du Giac) dans la ville de Pointe-Noire, qui vise à :

  • favoriser l’émergence économique des petites entreprises artisanales par la mise en place d’une offre de services d’appui adaptés aux petites entreprises ;
  • renforcer les organisations professionnelles du secteur de l’artisanat ;
  • conduire des actions de plaidoyer pour améliorer l’environnement économique des très petites entreprises ;
  • améliorer l’employabilité de jeunes défavorisés en apprentissage dans ces entreprises.

Le projet Partag est issu du partenariat entre le Gret, qui intervient depuis 2002 au Congo, et le Giac, un réseau créé en 1996 regroupant 21 organisations professionnelles et fédérant plus de 1 000 entreprises artisanales à Pointe-Noire. Le Giac a piloté plusieurs actions de promotion de l’artisanat et a en particulier à son actif la contribution à la loi de décembre 2011 régissant l’artisanat au Congo, grâce au plaidoyer qu’il a mené à Pointe-Noire et à Brazzaville de 2010 à 2011 autour du manque de reconnaissance du statut d’artisan.

En savoir plus sur le projet