Accueil » Echanges sur le commerce extérieur de la France en matière d’agriculture
Publié le 27/07/2015

Echanges sur le commerce extérieur de la France en matière d’agriculture

Le Secrétariat d’État au commerce extérieur a mis en place un comité de suivi stratégique du commerce extérieur français. Deux réunions de travail se sont tenues le 15 et le 26 juin sur différents accords commerciaux en cours. Laurent Levard, expert agronome au Gret, représentait Coordination Sud en tant que référent de la Commission Agriculture et Alimentation (C2A), dont le Gret est membre, à propos des Accords de partenariat économique (APE). Retour sur ces deux réunions.

Depuis deux ans, l’Union européenne (UE) et les États-Unis négocient des accords d’échanges commerciaux à travers le Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (PTCI/TTIP ou TAFTA). Officiellement, ces accords devraient permettre de rehausser la croissance de l’Europe en facilitant les exportations vers les États-Unis et en allégeant les modalités administratives des entreprises. Une réunion sur le volet agro-alimentaire de l’accord PTCI/TTIP s’est tenue le 15 juin. Outre les dangers possibles pour l’agriculture française, cet accord de libre-échange peut aussi avoir des impacts sur les pays en développement :

  • les règles communes à l’UE et aux États-Unis risquent de s’imposer aux autres pays du monde (marchés publics, indications géographiques, etc.) ;
  • la baisse des prix de certains produits sur le marché européen peut accroître la compétitivité de ces produits sur les marchés des Pays en développement (aliments pour le bétail, etc.) ;
  • la compétitivité des produits originaires des PED peut se retrouver diminuer face à ces nouveaux tarifs sur le marché européens.

Le 26 juin dernier, une autre réunion s’est tenue sur les accords de libre-échange (hors TTIP) dont les APE. À ce sujet, Laurent Levard est intervenu compte tenu des derniers événements dans la région de l’Afrique de l’Ouest (situation géopolitique et militaire). La question est de savoir si la France et l’UE n’envisageraient pas de rouvrir la réflexion sur la libéralisation des marchés agricoles dans les pays africains.

Aucune réponse n’a été apportée mais un rendez-vous d’échange spécifique sur les APE avec les ONG a été proposé par le secrétariat d’État au commerce extérieur.

Voir les autres prises de positions du Gret