Accueil » Cop 21 – Lancement de l’initiative 4 pour 1000 par la France
Publié le 02/12/2015

Cop 21 – Lancement de l’initiative 4 pour 1000 par la France

L’initiative 4 pour 1000 a été lancée le mardi 1er décembre 2015 dans le cadre de la COP 21, en présence notamment du Ministre français de l’Agriculture de l’Alimentation et de la Forêt Stéphane Le Foll, des Ministres de l’agriculture de l’Allemagne, de l’Uruguay, de la Nouvelle Zélande et de l’Australie, du Secrétaire général de la FAO Graziano da Silva et du Secrétaire général du NEPAD M. Mayaki.

L’initiative 4 pour 1000 vise un accroissement du taux de carbone dans les sols sous forme de matière organique de 0,4% par an au cours des prochaines décennies. Cet accroissement permettrait de compenser les émissions anthropiques de gaz à effet de serre. Il concernerait aussi bien les sols agricoles (objectif d’accroissement de 1,4 Gt de carbone/an), les forêts (1,3 Gt/an) et les sols affectés par la salinisation ou en cours de désertification (0,5 à 1,4 Gt/an). Par ailleurs, l’accroissement de la matière organique des sols permettrait d’améliorer la résilience de l’agriculture et son adaptation au changement climatique (moindre sensibilité à l’érosion, amélioration de la capacité de rétention de l’eau, etc.), les rendements agricoles et, in fine la sécurité alimentaire. Dans son discours, Stéphane Le Foll a ainsi souligné que le sol constituait le lien entre la faim et le changement climatique.

Une trentaine de pays sont signataires de l’initiative, dont la plupart des pays de l’Union européenne, la Turquie, la Chine, l’Indonésie, l’Australie, la Nouvelle Zélande, le Niger, l’Ethiopie, le Mexique, le Costa Rica et l’Uruguay. Il en va de même de la CEDEAO, de divers centres de recherche (dont l’INRA, l’IRD et le CIRAD) et de diverses organisations non gouvernementales, fondations et organisations agricoles.

L’initiative comprend deux volets : la recherche d’une part, et le plan d’action d’autre part. Stéphane Le Foll a souligné que celui-ci reste à définir, de même que les sources de financement et la gouvernance de l’initiative. Ces questions devront être travaillées en vue de la COP 22 de novembre 2016 à Marrakech.

Une initiative à suivre, donc.