Accueil » Agroécologie : insuffler une dynamique régionale en Asie du Sud-Est
Publié le 30/09/2017

Agroécologie : insuffler une dynamique régionale en Asie du Sud-Est

En Asie du Sud-Est, la dynamique de promotion de l’agroécologie portée par le Gret s’ancre à une échelle régionale, notamment grâce à un projet multi-pays financé par la Fondation d’entreprise Louis Dreyfus (Farmers Innovation Towards Agroecology – Fita, au Cambodge et au Myanmar), à l’appui à l’émergence et l’animation d’une plateforme régionale multi-acteurs pour promouvoir l’agroécologie (Agroecology Learning alliance in South East Asia – Alisea), financé par l’Agence française de développement (AFD).

Au Myanmar, l’écosystème du Delta de l’Ayeyarwaddy a été dégradé par des années de monoculture du riz tandis que les structures économiques peinent encore à se reconstituer après avoir été dévastées par le cyclone Nargis en 2008. Les paysans du Delta font aujourd’hui face à de nombreuses difficultés : perte de fertilité des sols, proliférations des bios agresseurs, changement climatique, manque d’accès aux semences de qualité et aux crédits, faible diversification des productions, manque de main d’œuvre et instabilité du marché. Le Gret, via le programme multi-projets du Delta, appuie depuis presque dix ans les paysans des provinces de Bogale et Mawlamyinegyun, à établir et gérer une palette de services techniques, économiques et financiers pour répondre à ces défis. La transition agroécologique est encouragée à la fois à travers l’autonomisation semencière avec la création et l’appui d’une organisation de producteur de semences de riz certifiées et via la promotion de pratiques restaurant la fertilité des sols (divers compost, engrais vert, interprétation de l’état des milieux) et préservant la diversité (bio pesticide, association de cultures, culture de contre saison). La dissémination des pratiques se fait par un réseau de « paysans pairs » formés sur les techniques et sur l’animation. Avec le projet Fita, le Gret a renforcé son service d’extension par un volet de co-recherche avec les paysans, avec une ferme expérimentale et un réseau de « paysans innovateurs » capables de développer leur propre protocole d’essai afin d’adapter les pratiques agroécologiques aux conditions du Delta.

Au Cambodge, les paysans de la province de Siem Reap ont des difficultés à adapter leur production face à la croissance rapide de la population urbaine combinée à une demande de plus en plus importante en produits sains et sûrs. De plus cette province se caractérise par des faibles fertilités des sols, productivité et diversité, et par des manques d’investissement de capitaux agricoles et de collaboration des acteurs, une dépendance aux produits d’importation qui affecte la variabilité des prix et une importante migration. Depuis 2010, le projet d’appui à une agriculture intensive peu consommatrice d’intrants (Apici) en partenariat avec une ONG locale, l’Institut cambodgien pour la recherche et le développement (CIRD), contribue au développement d’une agriculture durable par la promotion de l’intensification et de la diversification de la production agricole et le renforcement des groupes de producteurs dans les districts de Sotr Nikum et Prasat Bakong. Le projet appuie la mise en place d’une filière locale de légumes sains avec une intégration au marché et la dissémination de pratiques d’amélioration de la fertilité des sols (compost, engrais vert), de renforcement de la biodiversité (insectes auxiliaires, bio pesticides), d’incitation à la diversification, de production de semences, et de maximisation des ressources locales. Au Cambodge, le projet Fita a notamment permis de faciliter l’accès à l’eau pendant la saison sèche avec la mise en place de systèmes de stockage et d’irrigation.

Ce projet multi-pays permet par ailleurs d’assurer des échanges techniques et stratégiques, sources d’apprentissage, entre les paysans et les équipes birmanes et cambodgiennes mais aussi de valoriser l’agroécologie auprès d’acteurs nationaux, tels que les membres des gouvernements ou des universitaires à travers différentes conférences et visites de terrains. Les deux projets mis en œuvre dans la région du Delta au Myanmar et dans la province de Siem Reap au Cambodge sont également membres du réseau Alisea.

Alisea : un réseau rassemblant plus de 120 organisations

Le réseau Alisea est une des composantes du programme Towards an Agroecological Transition in the Mekong Region (Actae), coordonné avec le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). Le réseau a pour objectif de permettre aux acteurs de l’agroécologie de la région d’échanger et d’apprendre au travers des expériences de chacun, d’accroître la visibilité et la crédibilité de l’agroécologie auprès des décideurs politiques et des consommateurs et de diffuser les pratiques agroécologiques auprès des paysans. Le réseau se compose aujourd’hui de 60 membres de toutes natures et opère via des secrétariats nationaux dans quatre pays – Cambodge, Laos, Vietnam, Myanmar. Depuis 2016, Alisea a appuyé des actions de mise en réseau et de partage d’expériences via neuf ateliers nationaux multi-acteurs et trois régionaux rassemblant environ 700 représentants de plus de 120 organisations de la région. Le réseau a aussi attribué 26 subventions pour documenter et tester des pratiques agroécologiques. Enfin, le réseau a développé un ensemble d’outils visant à communiquer et disséminer la connaissance produite sur la transition agroécologique dans la région :

Les membres du Gret du réseau Alisea se rencontrent et échangent aussi régulièrement en participant à différents évènements régionaux autour de l’agroécologie. Parmi les dernières en date : une consultation pluri-acteurs sur l’agroécologie en Asie et dans le Pacifique initiée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à Bangkok en 2015 ; un voyage d’étude à l’université de Mae Jo, en Thaïlande en 2016 ; et enfin, en 2017, l’assemblée générale d’ALiSEA au Cambodge et la conférence « Improving Lives, Asia agriculture and Community development » organisée par ECHO Asia en Thaïlande.

En savoir plus sur kes projets :