Accueil » Eau et assainissement – Défis relevés et nouvelles perspectives en Mauritanie et au Sénégal
Publié le 23/01/2020

Eau et assainissement – Défis relevés et nouvelles perspectives en Mauritanie et au Sénégal

L’accès à des services durables d’eau et d’assainissement reste un défi majeur en Mauritanie. En milieu rural et semi-urbain, les taux d’accès sont respectivement de 50 % et 19 %. En dix ans de mise en œuvre, le programme d’appui aux initiatives des communes en hydraulique et assainissement en Mauritanie (Aicha Rim) a permis à six communes d’apporter un nouvel accès à l’eau potable pour 62 000 personnes, et un accès à l’assainissement amélioré auprès de 36 institutions publiques, en majorité des écoles.

Le programme se base sur deux piliers : d’une part, le renforcement de la maîtrise d’ouvrage, le pilotage des travaux, le choix de la gestion des services et leur suivi ; d’autre part, la professionnalisation des acteurs de l’eau (les opérateurs, mais également les structures chargées du suivi et de la régulation). En outre, afin d’asseoir sa politique de développement d’une régulation de proximité et de donner de la cohérence à ses évolutions, le projet a eu recours à la participation citoyenne en impliquant des associations de jeunes.

La troisième phase du programme Aicha Rim, soutenue par le Syndicat des eaux d’Île-de-France (Sedif), la Ville de Paris, l’association EGMA, les communes mauritaniennes et l’Agence de promotion pour l’accès universel aux services (Apaus), s’est achevée fin 2019. Au regard du chemin qu’il reste à parcourir pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), une nouvelle phase est en cours de préparation.

Au Sénégal, le programme Aicha, décliné depuis 2012 dans la région de Saint-Louis (Aicha SL), a quant à lui vu sa deuxième phase se terminer en décembre dernier, avec des résultats encourageants. Ainsi, 19 000 personnes ont pu bénéficier d’un nouvel accès à l’eau potable, 60 000 à un service d’eau potable amélioré, ainsi que 27 000 personnes – dont 8 000 élèves – à un accès sanitaire amélioré. De plus, le programme a permis la mise en place et le déploiement de la première expérience de suivi technique et financier (Stefi) des services d’eau potable au Sénégal sur 30 services d’eau potable, ainsi que l’amélioration du dispositif de gouvernance de l’eau potable et de l’assainissement à l’échelle de la région de Saint-Louis.

Une troisième phase du programme sera mise en œuvre à partir de 2020. Plusieurs nouveaux axes seront développés et viendront compléter les objectifs de renforcement des acteurs et d’accès à l’eau et l’assainissement : l’accompagnement du dispositif de suivi de la délégation de service public mis en place par l’Office des forages ruraux (Ofor), la gestion intégrée des ressources en eau et le développement des énergies renouvelables. Une nouvelle étape de la vie du projet se tiendra durant le 9e Forum mondial de l’eau de Dakar en mars 2021, un moment privilégié pour faire la promotion de la contribution des collectivités dans l’accès à l’eau et à l’assainissement pour l’atteinte des ODD d’ici 2030.

 Les métiers de l’eau et de l’assainissement : portraits d’acteurs en Mauritanie