Accueil » Communs et gouvernance partagée – Intégrer les populations à la gestion d’un Parc naturel en Mauritanie
Publié le 30/09/2020

Communs et gouvernance partagée – Intégrer les populations à la gestion d’un Parc naturel en Mauritanie

Suite à la signature d’une Convention programme établie avec l’Agence française de développement (AFD) en 2019, le Gret a engagé une réflexion sur l’approche par les communs dans une douzaine de ses projets. Nous vous présenterons tout au long de l’année ces différents projets, portant sur une variété de thématiques. Aujourd’hui : le projet Conserver la biodiversité du Parc national du Diawling par la gestion durable et participative (PND), en Mauritanie.

 

Le projet PND, mis en œuvre depuis 2015 par le Gret et le Parc national du Diawling, et financé par la Fondation Mava, la Fondation Ensemble et le Fonds fiduciaire BACoMaB, a pour triple objectif de restaurer les écosystèmes du delta du fleuve Sénégal, de développer la cogestion de l’aire protégée et de sa zone périphérique, et enfin de favoriser l’essor de filières artisanales locales, valorisant les ressources naturelles du site.

Dans le cadre du second axe, deux espaces situés en périphérie du parc ont été choisis avec des représentants des populations riveraines afin d’expérimenter un système de cogestion. Ces deux espaces ont été ciblés car ils concentrent, pour l’un, d’importants enjeux en termes d’usages, notamment liés aux activités de pêche, d’élevage et d’artisanat, tandis que l’autre dispose d’une valeur écologique exceptionnelle. En effet, les mangroves présentes sur le site jouent un rôle majeur dans la reproduction des poissons et la croissance des juvéniles, et héberge des zones de nidification pour plusieurs espèces d’oiseaux protégées.

Durant toute la durée du projet, le Gret a facilité la participation des acteurs locaux, impliquant deux représentants de chacun des 25 villages concernés par les usages de ces espaces, ainsi que des représentants du Parc national et de la commune. Ce processus a consisté à diagnostiquer collectivement les ressources en présence et identifier leurs usages et usager·e·s, à préciser les enjeux de protection de la biodiversité, puis à élaborer en commun des modalités de gestion durable. Plus précisément, la définition des règles d’usage permet de légiférer autour des prélèvements, dont la maîtrise est nécessaire à la régénération des ressources, mais aussi des modalités de surveillance des espaces et des sanctions applicables aux contrevenant·e·s. Les fruits de ces travaux collectifs ont été formalisés dans des Plans de gestion locaux (PGL), et permettent de garantir la protection du parc sans négliger les besoins des populations locales. Des conventions locales ont également été élaborées avec les parties prenantes, permettant une reconnaissance des PGL, mais aussi de spécifier les rôles et devoirs des usager·e·s regroupé·e·s en association, du Parc national, de la commune, et les interactions qu’implique le partage de la gouvernance.

Le projet PND prend fin en octobre 2020, mais la crise du Covid-19 a perturbé les derniers mois de mise en œuvre. Aujourd’hui les communs sont « façonnés », mais les choix de gouvernance et de gestion restent à tester, affiner et mettre en œuvre. Un appui apparaît encore nécessaire, conduisant le Gret à rechercher de nouveaux partenaires financiers pour accompagner la prochaine phase d’opérationnalisation.

 

Une approche par les communs pour un monde plus juste et plus durable

Communs et gouvernance partagée – Pour une pêche côtière durable dans la Baie d’Antongil à Madagascar

Communs et gouvernance partagée – Concertation autour de la ressource en eau au Sénégal

Communs et gouvernances partagées – Un dialogue renforcé en Haïti

Communs et gouvernance partagée – Des jeux pour co-construire les règles de gestion d’un mini-réseau électrique à Madagascar

Communs et gouvernance partagée – Renforcer la gouvernance et la gestion d’un périmètre agroforestier en RDC

En savoir plus sur les activités du Gret en Mauritanie