Accueil » Au Sénégal, un Festival des forêts pour sensibiliser et mobiliser autour de la préservation des ressources forestières
Publié le 01/10/2021

Au Sénégal, un Festival des forêts pour sensibiliser et mobiliser autour de la préservation des ressources forestières

Le département de Médina Yoro Foulah, situé au sud du Sénégal dans la région de Kolda, en Casamance, a accueilli durant trois jours un « Festival des forêts ». Organisé dans le cadre du projet de mobilisation citoyenne pour un usage raisonné et en commun des ressources naturelles (Commun), cet événement a rassemblé plusieurs centaines de personnes autour d’échanges et d’animations scientifiques et culturelles sur  la préservation des ressources forestières.

 

La Casamance dispose d’un important couvert végétal avec de nombreuses forêts luxuriantes et une faune abondante. Face à des épisodes récurrents de feux de brousse et au phénomène de coupe abusive de bois, cette région a perdu, entre 2010 et 2015, 10 000 hectares de forêts[1]. La disparition de ces zones forestières est une menace pour l’épanouissement socio-économique des populations de cette zone mais aussi pour l’écosystème.

Le Festival des forêts a été organisé par le Gret et le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR) dans le cadre du projet Commun*. Il a pour but de sensibiliser les populations du département de Médina Yoro Foulah  aux enjeux de la préservation des ressources forestières. Les activités scientifiques et culturelles ont été menées en lien avec les autorités locales et des représentant∙e∙s de l’Etat. Au-delà des habitant∙e∙s des localités avoisinantes, le festival de Médina Yoro Foulah a également accueilli des participant∙e∙s sénégalais∙e∙s et issu∙e∙s de toute la sous-région.

©Gret

 

Alliant à la fois éducation, sensibilisation et divertissement, le Festival des forêts a mobilisé des citoyen∙ne∙s de tous âges autour de la préservation des ressources forestières. La protection et la préservation de ce bien commun nécessitant l’engagement de tou∙te∙s, de nombreux échanges formels et informels ont eu lieu entre habitant∙e∙s, autorités locales et simples citoyen∙ne∙s, participant ainsi au dialogue nécessaire à la dynamique d’une gouvernance partagée.

©Gret

Pour Serigne Segnane, chargé de programme au sein du CNCR et partenaire du Festival, « ce festival a constitué une bonne tribune pour débattre des enjeux de la gouvernance forestière et des opportunités de valorisation des ressources forestières à différents niveaux, des habitant∙e∙s aux collectivités. L’idée d’organiser la prochaine édition du festival en collaboration avec d’autres pays de la sous-région pour une prise en compte effective de la dimension transfrontalière de gestion des ressources forestières est une perspective qui est aujourd’hui envisagée. »

 

* Le projet Commun promeut depuis quatre ans le développement d’une citoyenneté environnementale active par le biais de la participation des populations à la gestion commune et responsable des forêts. Des modalités et règles de gouvernance locale des forêts ont ainsi été élaborées de façon inclusive et en cohérence avec les réalités socioculturelles des territoires d’intervention.

 

En savoir plus sur :

 

Le contenu de cet article relève de la seule responsabilité du Gret et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant l’avis de l’Union européenne.

[1] Selon l’Institut d’études de sécurité.