Accueil » Projets » Appui à la structuration d’une organisation collective des comités de gestion de l’eau dans les quartiers précaires de Port-au-Prince
Rezodlo

Appui à la structuration d’une organisation collective des comités de gestion de l’eau dans les quartiers précaires de Port-au-Prince

Date de début Date de fin Budget Financement
01/01/2009 31/12/2012 1000000 € Union européenne ( UE )

Partenaires

Partenaire(s) Sud : KOKAPOP ((« Koodinasyon katye Pov Potoprens » ou Coordination des Quartiers pauvres de Port au Prince, Haïti

Projet

Depuis 1995, le Gret travaille en partenariat avec la Camep à la mise en place, dans plusieurs quartiers précaires de Port au Prince, d’un système de distribution d’eau par bornes-fontaines publiques payantes, alimentées par le réseau public et gérées par des comités de quartier. Il appuie pour cela la structuration de comités de gestion (comités Dlo), liés contractuellement à la Camep par un contrat de délégation de gestion. Il existe aujourd’hui environ 60 comités Dlo. Dans la continuité de cette expérience, le présent projet vise à appuyer la structuration d’une organisation collective des comités Dlo, afin qu’ils deviennent, d’une part, de véritables acteurs du développement local, et, d’autre part, des interlocuteurs crédibles des autorités locales et pouvoirs publics dans l’élaboration de politiques publiques sur l’accès aux services urbains. Les objectifs du projet sont ainsi, à travers l’appui à la mise en place d’une structure fédérative, d’une part le renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage des comités Dlo, et, d’autre part, leur insertion dans les débats publics, notamment dans le cadre de la réforme sectorielle sur l’eau potable, en cours en Haïti. Le séisme du 12 janvier 2010 a rendu difficile le travail d’institutionnalisation de la fédération prévu. Dans un contexte d’urgence et de post-urgence, le Gret a appuyé les comités d’eau à se structurer et à apporter des réponses collectives aux besoins d’urgence (organisation d’ateliers de travail, reflexion sur les enjeux de la reconstruction, mobilisation pour la lutte contre le choléra). Les comités et les représentants de blocs sont apparus comme des interlocuteurs majeurs dans la réponse à la crise, assurant, dans les quartiers, l’interface avec de nombreuses ONG d’urgence et agences de développement.

Retour