Accueil » Projets » Développement de l’élevage et structuration des éleveurs laitiers dans le département de Dagana au Sénégal
Asstel Dagana

Développement de l’élevage et structuration des éleveurs laitiers dans le département de Dagana au Sénégal

Projet de terrain

Date de début Date de fin Budget Financement
01/10/2012 31/12/2015 1778205 € Agence française de développement (AFD), Comité Français de Solidarité Internationale ( CFSI ), Fondation de France, Gouvernement de la Principauté de Monaco, IFPRI, Région Midi Pyrénées

Partenaires

Partenaire(s) Sud : Association du Sud Ouest pour le Développement international agricole (Asodia), Conseil départemental de Dagana (Sénégal), GIC de Dagana (Sénégal)

Projet

Les laiteries (dont la Laiterie du Berger) constituent le principal débouché pour les éleveurs. Cependant, elles ne parviennent pas à obtenir suffisamment de lait pour approvisionner la région.
Ce projet de développement de l’élevage et de structuration de la filière laitière dans le département de Dagana au Sénégal a pour objectifs d’améliorer la sécurité alimentaire des éleveurs de la région en augmentant leurs revenus issus de la vente du lait et de la viande. Il contribuera à la structuration d’une filière multi-acteurs viable et au développement économique de la région de Saint Louis. Enfin il permettra d’améliorer l’approvisionnement de Saint Louis et de Dakar en produits laitiers locaux.

Les objectifs du projet de 3 ans sont :

  • d’accroître et améliorer la production laitière et les revenus des familles de 1 200 éleveurs par la création des conditions propices à l’évolution des systèmes d’élevage en lien avec les débouchés existant dans la zone, dont la Laiterie du Berger.
  • Renforcer le rôle des éleveurs dans la filière lait par l’appui à la structuration d’organisations professionnelles d’un niveau local à départemental.
  • Favoriser la concertation et la collaboration entre acteurs professionnels, collectivités régionales et locales, services déconcentrés de l’État par la création et la pérennisation d’un cadre d’échanges entre acteurs. Ce cadre permettra l’émergence de positions communes sur l’environnement de l’élevage.

Résultats attendus

  • le volume de lait frais collecté quotidiennement augmente et la compétitivité des coûts du service et du lait vendu dans les laiteries s’améliore
  • 1200 éleveurs améliorent leurs revenus par l’évolution des pratiques d’élevage et l’accès à des services adaptés à leurs besoins
  • une ou plusieurs organisations et/ou fédération professionnelles représentatives des éleveurs sont fonctionnelles, et reconnues par les autres acteurs et les institutions comme des interlocuteurs fiables
  • Des accords et positions consensuelles entre acteurs professionnels, collectivités régionales et locales, services déconcentrés de l’État sont trouvés et des orientations stratégiques sont élaborées dans le cadre de concertations puis diffusées
  • Des informations et données sur la filière et sur les relations laiteries-petites exploitations sont régulièrement analysées, capitalisées et diffusées.

Un projet autour d’une coalition d’acteurs privés et publics

Le projet est mis en oeuvre par le Gret en partenariat avec l’Association Sud-Ouest pour le développement international agricole (Asodia), la Laiterie du Berger, le Groupement d’intérêt économique des collectivités locales du département de Dagana (Gic Dagana).

Le projet bénéficie d’un appui de l’AFD dans le cadre de l’appui aux initiatives des ONG, de la coopération monégasque, du CFSI et de la FDF. Il s’inscrit également dans le cadre de coopération décentralisée entre la région Midi-Pyrénées et l’ex-Région de Saint Louis. Le Conseil départemental de Dagana assure maintenant la présidence du comité de pilotage du projet.

Les éleveurs, la Laiterie du Berger, les collectivités locales, les services de l’État, les prestataires (vétérinaires, IMF, centres de formation) et fournisseurs (fabricants d’aliments, Compagnie sucrière sénégalaise,…) se retrouvent au sein d’un cadre de concertation animé par le Gic de Dagana.

Le dispositif de suivi-évaluation implique la recherche : l’International Food Policy Research Institute (IFPRI) et le Pole pastoral zones sèches (PPZS) qui regroupe l’Isra, l’Ucad, le CSE et le Cirad.

Des innovations majeures pour la production laitière
Le Gret et ses partenaires soutiennent un service fourrager construit avec les éleveurs et la Laiterie du Berger qui assure la distribution des pailles et la Compagnie sucrière sénégalaise. En 2014, 466 tonnes de paille de canne à sucre ont été fournies dans 17 dépôts fourragers. La campagne 2015 prévoit de couvrir des besoins de 800 tonnes. Le projet appuie le stockage des pailles de riz et la production des cultures fourragères dans la zone agricole.

Le conseil réalisé par l’équipe projet renforce les capacités de gestion et les performances laitières des familles d’éleveurs (conseil laitier). En 2014, 19 familles bénéficient de la démarche d’élevage pilote (EP). L’objectif du projet est d’en accompagner 100 en 2015. Le partenariat entre Asodia et l’IMF Mec Delta pour la mobilisation du fonds FREDIC a permis à 7 familles de déposer des projets d’amélioration de l’élevage pour un montant de 20 224 ?.

En 2 ans, 1200 personnes ont participé à des sessions de formation (hygiène de la traite, alimentation, gestion du troupeau). Plus de 700 familles accèdent aux services. La structuration des éleveurs autour de service à la production se mets en place avec l’existence de 17 CSP regroupant 838 producteurs-trices laitiers, que l’Apess (organisation régionale d’éleveurs) se rapproche de ces SCP et s’implique depuis la fin de l’année 2014 dans la mise en place d’échanges interprofessionnels avec la LDB à travers la « plate forme d’innovation Lait  » de Dagana mis en place avec le projet Galo.
Le volume de lait collecté par la LDB a atteint 946 tonnes en décembre 2014, soit +29 % par rapport à la période de référence 2010-2012. Le système de collecte évolue avec l’abandon des voitures pour des motos et des tricycles permettant de collecter régulièrement le lait des éleveurs à un coût moindre.

Après 12 mois de préparation, un cadre a été mis en place en janvier 2014 pour permettre les échanges entre acteurs de l’élevage bovin. Un plan d’action est validé et sera déroulé durant l’année 2015. Le cadre réunit 60 personnes représentant 5 familles d’acteurs : opérateurs économiques, autorités administratives, collectivités locales, services techniques, éleveurs. Il est présidé par un représentant des éleveurs et animé par le Groupement d’intérêt communautaire des collectivités locales de Dagana.

Lire aussi

Retour