Accueil » Projets » Dialogue initié par la société civile de l’eau et de l’assainissement du Sénégal
Diss'Eau

Dialogue initié par la société civile de l’eau et de l’assainissement du Sénégal

Projet de terrain

Date de début Date de fin Budget Financement
01/11/2020 31/10/2024 626 400 € Agence française de développement (AFD)

Partenaires

Partenaire(s) Sud : Plateforme des organisations de la société civile de l’eau et de l’assainissement du Sénégal (Posceas)

Projet

La participation citoyenne est un puissant levier d’amélioration des politiques et services en eau et en assainissement. Elle leur permet d’être plus adaptés aux usages, plus inclusifs, plus  efficaces, et donc mieux intégrés par la population et plus durables.

Au Sénégal, bien que la société civile soit connue pour son dynamisme, le Gret et ses partenaires ont constaté un déficit de mobilisation sur les questions d’eau et d’assainissement. Pourtant, les enjeux actuels sont nombreux, qu’il s’agisse des réformes sectorielles en cours ou de l’amélioration attendue de l’accès et de la qualité de service au niveau local.

C’est la raison principale qui a poussé à la création de la plate-forme des organisations de la société civile de l’eau et de l’assainissement du Sénégal (Posceas) en 2018.  Dotée d’un plan d’action, la plateforme a exprimé un besoin d’appui pour sa structuration et le renforcement de ses capacités sur les enjeux clés du secteur, et notamment les techniques de plaidoyer, afin de lui permettre d’être une force de proposition constructive et efficace. Fort de son expérience d’appui aux services d’eau et d’assainissement au Sénégal depuis 30 ans, le Gret a conçu l’intervention Diss’Eau avec ses partenaires afin de répondre à ce besoin d’appui.

 

Une diversité d’acteurs au service de la cible 6B des objectifs de développement durable

Le ministère de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal est engagés dans l’atteinte de la cible 6B des Objectifs de développement durable des Nations unies, visant à « Appuyer et renforcer la participation de la population locale à l’amélioration de la gestion de l’eau et de l’assainissement ». Le projet Diss’Eau permettra d’associer les acteurs suivants au pilotage et à la définition, à l’expérimentation, au suivi et à la diffusion des innovations du projet :

  • les acteurs sectoriels (ministère, directions et les offices qui lui sont rattachés) ;
  • les collectivités territoriales ;
  • les opérateurs privés délégataires de services publics ;
  • les organisations de la sociétés civile, les dispositifs de représentation des usagers

 

Des innovations au service de la citoyenneté

Pour ce faire, plusieurs approches et outils innovants seront expérimentés pour dynamiser la participation citoyenne dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement avec l’appui de Lisode et de Jokalante :

  • des solutions numériques « Civic –Tech » seront testées pour permettre l’appréciation des usagers sur la qualité des services et leur participation à l’élaboration du budget-programme ;
  • l’expérimentation de « jeux sérieux » pour favoriser la mobilisation des usager·e·s et des collectivités à la régulation des services ;
  • un dispositif de recherche-action, piloté par l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, s’intéressant à l’appropriation des innovations déployées.

 

Le projet en chiffres

  • 4 innovations de dynamisation de la société civile sont testées.
  • 8 instances sectorielles intègrent officiellement la société civile et/ou la représentation des usager·e·s dans leur gouvernance.
  • 8 prises de position officielle de la Posceas sur des sujets majeurs du secteur sont diffusées.
  • Les services d’eau potable de 2 millions de personnes et d’assainissement de 100 000 personnes impliquent les usager·e·s dans leur suivi et leur régulation.
  • 10 % du budget sectoriel fait l’objet d’une élaboration et/ou d’un suivi contrôle impliquant la société civile.
  • 5 000 professionnels bénéficient des enseignements du projet.

 

Le renforcement des
capacités de la société civile au cœur du projet

La plateforme des organisations de la société civile de l’eau et de l’assainissement du Sénégal (Posceas) s’est créée en 2018, comme une commission sectorielle du Congad (principal réseau des OSC du Sénégal). Fort de 40 membres en 2020, elle s’est rapidement imposée auprès des acteurs institutionnels et des organisateurs du Forum mondial de l’eau comme un partenaire de premier plan.

Elle entend apporter une contribution efficiente à la gouvernance du secteur de l’eau et de l’assainissement. Le projet Diss’Eau permettra ainsi d’apporter un appui à la structuration de sa gouvernance et à son organisation au niveau régional. Des formations sur les enjeux clés du secteur (climat, genre, réformes, etc.) et les méthodes de plaidoyer seront organisées.

L’Université Gaston Berger conduira un chantier de recherche-action et portera un regard critique sur l’intervention. Elle s’intéressera en particulier à l’appropriation des innovations développées par les acteurs mais aussi à la question de la représentativité de la société civile appuyée dans le cadre du projet. Il s’agit en effet d’une faiblesse souvent mise en avant qu’il conviendra d’anticiper.

 

Les résultats attendus

  • Des méthodes et outils innovants de mobilisation des usager·e·s et citoyen·ne·s sont élaborés, testés et évalués aux niveaux local et national, sur les enjeux clés des secteurs eau potable/assainissement.
  • La société civile sénégalaise est renforcée dans sa capacité à dialoguer de manière constructive avec les acteurs sectoriels publics et privés pour influer sur l’amélioration concrète des services d’eau potable et d’assainissement.
  • Les outils et méthodes pilotes et les enseignements des actions sont suivis et analysés par les parties prenantes dans une démarche de « recherche-action », pour capitalisation et diffusion large.

 

Retour