Accueil » Projets » Gestion concertée des déchets dans le Brakna (Mauritanie)
Gecodem

Gestion concertée des déchets dans le Brakna (Mauritanie)

Projet de terrain

Date de début Date de fin Budget Financement
01/03/2010 31/03/2012 424000 € Agence française de développement (AFD), Union européenne ( UE )

Partenaires

Partenaire(s) Sud : ECODEV

Projet

Malgré des efforts financiers et humains importants faits par des bailleurs (UNICEF, Coopération Canadienne, World Vision…) et des acteurs non étatiques (ANE) (ADECOM, Banlieues du Monde, ECODEV…) l’assainissement solide des petites villes de 10 à 30 000 habitants reste un enjeu central en Mauritanie. Les initiatives se sont succédées en s’épuisant faute de financements et d’appuis durables. Il a manqué un travail de bilan approfondi des résultats de ces différentes initiatives et des leçons à en tirer pour l’avenir. Dans les villes d’Aleg, de Maghtaa Lahjar et de Boghé, dans le Brakna, des dépôts sauvages se trouvent à proximité des habitations, des cours d’eau et des lieux de jeux des enfants, provoquant des pollutions importantes et des problèmes sanitaires (paludisme, diarrhées…). Les campagnes ponctuelles de nettoyage constituent aujourd’hui la principale réponse apportée par les communes.

Le projet, porté par le Gret en partenariat avec Ecodev (www.ecodev.mr) a pour objectif spécifique de promouvoir la concertation locale à travers la définition et la mise en œuvre de mesures innovantes, durables, et adaptées de gestion des déchets ménagers.

Ce projet vise à i) renforcer la cohésion sociale et contribuer à créer une conscience citoyenne, ii) créer un espace de concertation entre commune et acteurs associatifs ou privés, iii) renforcer les capacités des organisations de la société civile au moyen d’un soutien à «leurs initiatives», cohérentes et inscrites dans une stratégie communale iv) renforcer les communes et accroître leur crédibilité, v) améliorer l’assainissement et l’environnement urbain et diminuer les risques sanitaires liés à la proximité des dépôts sauvages de déchets.

La méthode proposée consiste à mettre en place une concertation et une synergie entre tous les acteurs de la ville. Cette concertation s’appuiera sur les analyses de terrain et les résultats des expériences passées. Il s’agira, dans chaque commune de réunir les « états généraux de l’assainissement », à l’initiative des maires qui porteront ensuite toute la dynamique du processus. De cette concertation surgira des actions, des complémentarités et une stratégie municipale. L’objectif du projet est bien de réussir ce rapprochement de toutes ces initiatives. Le projet mettra en œuvre les premières actions issues de cette stratégie. Il aura créé un mouvement et un cadre permettant aux communes et aux acteurs associatifs et privés de démarrer leurs actions et leur collaboration pour une durée beaucoup plus longue.

Les principaux résultats visés par l’action sont les suivants :

  1. Une connaissance fine des actions passées et du contexte local est partagée par les acteurs et une stratégie de gestion des déchets ménagers et d’assainissement solide est définie de manière concertée par les communes, les acteurs locaux, associatifs, coopératifs et privés. Les communes sont responsabilisées dans la mise en œuvre de solutions durables, pour gérer l’assainissement de la ville.
  2. Les communes et les acteurs locaux sont renforcés et disposent de moyens, de compétences, de solutions techniques, institutionnelles et économiques adaptées pour gérer l’assainissement de la commune. Ils testent et mettent en œuvre de manière fiable et durable des initiatives en matière de gestion des déchets.
  3. Des initiatives innovantes et rentables de valorisation des déchets (récupération et recyclage) sont testées et mises en œuvre. Ces initiatives seront adaptées à la problématique de chaque commune et se développeront davantage dans certaines communes que dans d’autres.
  4. Les populations sont informées, participent et adhèrent au dispositif. Il existe des espaces d’échanges et de réflexion entre les 3 communes au niveau communal comme au niveau de la société civile où les acteurs échangent sur leurs pratiques et capitalisent leurs activités. Un plaidoyer est réalisé auprès de structures étatiques afin de mettre en place des appuis aux communes pour la gestion des déchets.

 

Retour