Accueil » Projets » Taïda Masu Néma : projet de renforcement des capacités de la société civile pour la lutte contre la pauvreté urbaine dans les communes de Maradi et de Niamey au Niger
TMN

Taïda Masu Néma : projet de renforcement des capacités de la société civile pour la lutte contre la pauvreté urbaine dans les communes de Maradi et de Niamey au Niger

Date de début Date de fin Budget Financement
01/01/2006 21/08/2009 1500000 € Agence française de développement (AFD)

Partenaires

Partenaire(s) Sud : Communes de Maradi et de Niamey

Projet

Le projet Taïda Masu Nema intervient dans les communautés urbaines de Niamey et Maradi. Dans un contexte de décentralisation émergente au Niger, ce projet s’inscrit dans une approche de la décentralisation par le bas (« bottom up »). Il vise à faire émerger les diverses initiatives et richesses des territoires et des acteurs locaux, afin de construire des complémentarités, en vue d’un développement territorial harmonieux, orchestré par les collectivités locales. Il se fixe trois objectifs spécifiques : - l’accroissement du rôle et des capacités des acteurs locaux (société civile, secteur privé) dans le développement local ; - la promotion d’une maîtrise d’ouvrage communale concertée et partenariale en matière de développement local urbain ; - et la mise en place de dynamiques de concertation locale multi-acteurs pour la lutte contre la pauvreté en milieu urbain. Le projet a permis la mise en place, au sein des communes partenaires, d’un fonds de subvention visant à financer des projets de proximité, identifiés et préparés par des associations et groupements issus de la population. Les domaines ciblés sont la construction d’infrastructures de proximité, l’amélioration de l’accès aux services urbains, ainsi que des petits projets générateurs de revenus. Deux cycles de projets ont été réalisés : le premier cycle est achevé, le second est, fin 2008, en cours de finalisation. La réalisation de ces projets a permis, d’une part d’apporter des réponses concrètes à certains besoins des populations, d’autre part d’initier une concertation et une collaboration entre les collectivités et les acteurs privés et associatifs des territoires. Enfin il a permis la mise en place de procédures efficaces et transparentes de réalisations de petites infrastructures à maîtrise d’ouvrage communale.

Retour