Accueil » Publications » Climat : les négociations en mal d’ambition. Retours sur la seizième Conférence des Parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, du 29 novembre au 10 décembre 2010, Cancun

Climat : les négociations en mal d’ambition. Retours sur la seizième Conférence des Parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, du 29 novembre au 10 décembre 2010, Cancun

  • Gautier, Celia ; Blavier, Sébastien; Chéron, Marie; Giraud, Adeline; Mazounie, Alix Mazounie
  • Etude/Document de travail
  • Éditeur : Coordination Sud
  • Collection :
  • Année : 2011
  • 61 p.
  • Langue(s) : Français
  • Domaine(s) :

Ce document propose une analyse de la dernière Conférence des Nations unies sur le climat à travers les regards croisés d’ONG françaises de solidarité internationale et d’environnement. Après Cancun, les négociations Climat sont de nouveau sur les rails grâce à un compromis atteint de justesse. Quelques avancées techniques ont été réalisées, notamment avec la création du Fonds pour le Climat et du cadre international pour l’adaptation. Mais le climat est en déroute, faute d’engagements ambitieux des pays développés pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. La conférence de Cancun atteste sans nul doute la nécessité de repenser la gouvernance mondiale du développement durable et d’assurer la cohérence des engagements internationaux et des politiques publiques des pays développés et des pays en développement. La Convention reste néanmoins un cadre indispensable au sein de cette gouvernance ; elle doit en constituer l’une des fondations. Le premier chapitre revient sur le processus de négociations à Cancun, d’abord du point de vue de la transparence, puis en termes géopolitiques. Il présente également les points sur lesquels les « Accords de Cancun » sont insuffisants. Le deuxième chapitre est consacré à l’analyse de ces accords du point de vue des enjeux de solidarité internationale : les financements, l’adaptation, l’agriculture, les forêts et le transfert de technologie. Enfin, le dernier chapitre résume les principales recommandations des ONG françaises quant aux questions essentielles à traiter dès 2011.


Retour