Accueil » Publications » Des turbines et des Hommes – Quelles coalitions d’acteurs pour l’électrification rurale à Madagascar ?

Des turbines et des Hommes – Quelles coalitions d’acteurs pour l’électrification rurale à Madagascar ?

Retours d'expériences du projet Rhyviere


Madagascar, l’un des pays les moins électrifiés d’Afrique, enclenche en 1998 la libéralisation de sa politique énergétique par l’adoption d’une réforme du secteur de l’électricité. Le marché de l’électrification rurale s’ouvre aux petits opérateurs privés, mettant fin au monopole de la société d’État, la Jirama. Un organisme spécifique, l’Agence de développement de l’électrification rurale (Ader), est créé afin de mettre en oeuvre la stratégie nationale d’électrification rurale et accompagner les initiatives privées. Prenant appui sur ce dispositif institutionnel, et grâce aux financements découlant de l’intégration du secteur de l’énergie dans les politiques de l’aide internationale, de multiples initiatives d’électrification rurale voient le jour, dont le projet Rhyviere I.

Ce projet, mené par le Gret avec Energy Assistance et l’Institut de recherche pour le développement (IRD), et cofinancé par l’Union européenne et l’Ader, s’inscrit dans cette dynamique de partenariat public-privé. Il explore les conditions de développement de la petite hydroélectricité (inférieure à un mégawatt) pour la mise en place d’un service public en milieu rural. Mené de 2007 à 2015, il a accompagné, en mobilisant une coalition d’acteurs publics et privés, locaux et nationaux, la construction de trois microcentrales alimentant huit communes rurales.

Prenant appui sur cette expérience, ce document met en perspective l’action du Gret et de ses partenaires en s’interrogeant sur les modalités de partenariats public-privé et de financement appropriées au secteur électrique malgache. Il formule en conclusion des recommandations destinées aux projets de petite hydroélectricité et, plus largement, d’électrification rurale.


Back