Accueil » Publications » Institutions et transactions : déterminants et performances des services non conventionnels d’approvisionnement en eau dans les villes en développement – Cambodge
Thèse et mémoire

Institutions et transactions : déterminants et performances des services non conventionnels d’approvisionnement en eau dans les villes en développement – Cambodge

Auteur(s) : Clément Frenoux
Lieu d'édition Editeur Date d'édition
Université de Toulouse 2016
électronique - 442 p.
Langu(e)s : Français
Note : Thèse doctorat, sciences économiques, université de Toulouse, 2016, sous la dir. de Catherine Baron
Télécharger la publication :
Résumé
Petits opérateurs privés, vendeurs d’eau informels, fournisseurs non-étatiques… de nouveaux acteurs participent à la gouvernance des services d’approvisionnement en eau potable des villes en développement. Longtemps ignorés, ils connaissent aujourd’hui un intérêt croissant de la part de la communauté internationale car ils questionnent les modalités de gouvernance des services en réseaux au Sud. Hétérogènes et composites, d’origine locale, adaptés aux demandes des usagers, les services non conventionnels disposeraient d’une grande flexibilité convenant à l’environnement particulier des villes en développement. Ils seraient également en mesure d’apporter de nouveaux financements et d’assurer une pérennité du service à plus ou moins long terme. Or, peu de travaux théoriques en sciences économiques ont été entrepris sur cet objet de recherche. Nous le confirmerons à l’aide d’une analyse bibliométrique inédite. Cette thèse a donc pour objectif de combler ce manque, dans ses dimensions théoriques et empiriques. Adoptant une posture critique, elle s’emploie à discuter les postulats et les hypothèses d’efficience non-vérifiées de ce mode de coordination des acteurs. Par la suite, elle mobilise les concepts issus de la Nouvelle Economie Institutionnelle, proposant une grille de lecture originale des déterminants et de l’efficience des services non conventionnels. Grâce à une enquête de terrain approfondie conduite au Cambodge, nous critiquons le « caractère » concurrentiel qui fonde à priori ce(s) mode(s) de gouvernance. Nous montrons plutôt l’impact des coûts de transaction sur les arrangements organisationnels liés aux conditions d’accès à la ressource en eau. Au-delà de la rhétorique sur l’efficience des agents privés, nous soulignons également l’importance de considérer les arrangements organisationnels non-sectoriels. Nous apportons enfin des éclairages sur le rôle joué par les normes informelles dans la réduction des incertitudes de l’environnement institutionnel. Nous concluons toutefois sur les difficultés potentielles d’institutionnalisation de ce(s) mode(s) de gouvernance car verrouillé dans un sentier de dépendance institutionnel.

Retour