Accueil » Publications » Lorsque le privé comble les failles du système de formation professionnelle : l’exemple du CAF/Sicam à Madagascar

Lorsque le privé comble les failles du système de formation professionnelle : l’exemple du CAF/Sicam à Madagascar


La crise politique que traverse actuellement Madagascar a un impact fort à la fois sur la stabilité institutionnelle du pays et sur sa santé économique. Le système de formation professionnelle est par ailleurs obsolète et peu structuré et la plupart des entreprises ont des difficultés importantes pour trouver des ressources humaines qualifiées. L’expérience originale présentée ici est mise en oeuvre par l’entreprise Sicam, qui, bien avant la crise actuelle, a décidé d’investir dans ses ressources humaines en internalisant une partie de la formation dont elle a besoin. L’emploi de technologies de pointe nécessitant du matériel et du personnel que Madagascar ne possède ou ne forme pas, il était impératif de trouver une solution pour pallier le manque de qualification. La réponse proposée par l’entreprise il y a dix ans a été la création du Centre d’apprentissage et de formation (CAF).


Retour