Accueil » Publications » La gestion des impluviums en Androy (Madagascar)

La gestion des impluviums en Androy (Madagascar)


La région Androy de Madagascar souffre d’une extrême rareté des ressources en eau et de nombreux dispositifs existent pour collecter la précieuse eau de pluie. Les impluviums représentent un moyen parmi d’autres de palier la carence quotidienne en eau que subit la population. Entre 2005-2007, le projet Gret/Objectif Sud a construit ou réhabilité plus de trente impluviums. Au-delà de l’amélioration des conditions d’approvisionnement en eau des habitants, il s’agissait d’impulser un changement social par la mise en place de modalités de gestion de ces impluviums qui devaient impliquer les femmes, premières concernées par la corvée d’eau. Trois ans après, le Gret a souhaité observer les modalités de gestion développées par les habitants, au regard notamment des principes d’action qui avaient guidé l’équipe projet lors de la construction des impluviums. Ce document présente les résultats d’une étude anthropologique menée sur la zone du projet en 2008. L’objectif était de comprendre comment la gestion était réalisée, par qui elle était maîtrisée, selon quelles règles, édictées par qui et dans le cadre de quels rapports de pouvoirs. L’étude montre que les impluviums constituent une solution technique pertinente mais très insuffisante : l’effet sur l’approvisionnement en eau se traduit plus en termes d’allègement de la corvée d’eau pour les femmes qu’en augmentation de la quantité moyenne d’eau consommée par les ménages. La gestion des impluviums est entièrement déterminée par les rapports sociaux dans les villages. Les rôles sont clairement identifiés et les décisions sont maîtrisées par les notables des villages. Si les femmes sont bien présentes dans les comités, elles remplissent des rôles qui correspondent à leurs rôles sociaux et n’ont aucun pouvoir décisionnel. D’une manière générale, la durée de mise en oeuvre du projet était courte pour espérer observer de réels changements sociaux. Néanmoins, cette expérience rend possible l’identification des dynamiques sociales sur lesquelles on peut jouer pour favoriser le changement social.


Retour