Accueil » Publications » L’Afrique est-elle si bien partie ?

L’Afrique est-elle si bien partie ?


Avec cette paraphrase du titre du fameux livre de René Dumont paru il y a un demi-siècle (L’Afrique noire est mal partie, 1962), la célèbre géographe, professeure à la Sorbonne et à Sciences Po (Paris), connue pour son engagement dans la solidarité internationale, à la bibliographie déjà bien fournie et dont on attendait le retour sur le terrain de l’Afrique qu’elle avait investi il y a dix ans avec un précédent livre couronné par le prix Robert-Cornevin, répond que le continent n’est pas dans la situation aussi favorable qu’on le prétend trop hâtivement. « Non, l’Afrique n’est pas si bien partie. Elle connaît certes une embellie, des succès, des redressements spectaculaires. Mais la vérité c’est que de vraies réussites s’individualisent en tâches de léopard sur une toile de fond qui reste celle du sous-développement et de la précarité. Il faut dire la vérité : l’Afrique, ce n’est toujours que 1,6 % du PIB mondial (4,5% en parité du pouvoir d’achat) ! » Tel est un peu sèchement résumé le constat sans complaisance de Sylvie Brunel. Ce faisant, elle prend le contre-pied du discours dominant et simpliste sur l’« émergence africaine ». Elle rétablit le balancier en son milieu, entre l’afro-pessimisme désespérant des années 1990 et l’afro-optimisme naïf des années 2000.


Retour