Accueil » Publications » Pour une anthropologie symétrique entre « développeurs » et « développés »

Pour une anthropologie symétrique entre « développeurs » et « développés »


Dans leurs analyses de projets de développement, certains anthropologues refusent le principe de symétrie consistant à interroger les  » développeurs  » avec la même posture compréhensive qu’ils accordent aux populations qu’ils étudient d’habitude. A partir de deux cas, cet article montre que cela aboutit à des démonstrations peu rigoureuses et des interprétations biaisées. Tout en affirmant un tel principe de symétrie, nombre de travaux français en anthropologie du développement tendent à négliger les dispositifs institutionnels et l’analyse des pratiques et des représentations des développeurs. Une telle omission laisse dans l’ombre des parts importantes de ce qui constitue l’intervention de développement (les configurations institutionnelles, la réflexivité des agents de développement, les projets comme dispositifs socio-techniques, etc.), dont l’analyse éclaire pourtant la réalité des interventions et de leurs effets.


Retour