Accueil » Publications » Promouvoir les cultures d’exportation auprès des petits agriculteurs : le cas de DrumNet au Kenya

Promouvoir les cultures d’exportation auprès des petits agriculteurs : le cas de DrumNet au Kenya


Pourquoi les agriculteurs continuent-ils à produire des cultures destinées aux marchés locaux alors que les cultures d’exportation passent pour être beaucoup plus rentables ? Plusieurs réponses sont possibles. Manque d’informations sur la rentabilité de ces cultures, manque d’accès aux capitaux nécessaires, manque d’infrastructures ad hoc, risque élevé des marchés d’exportation, manque de ressources humaines formées sont autant d’explications plausibles. Une évaluation externe de DrumNet, un projet de Pride Africa, a cherché à déterminer si l’offre d’un ensemble intégré de services pouvait aider les agriculteurs à adopter des cultures d’exportation, et à améliorer ainsi leurs revenus. Celle-ci a montré un certain nombre d’impacts positifs du projet. Mais tout aussi intéressant, sinon plus, est l’épilogue de ce projet, assez troublant : un an après l’évaluation, l’entreprise d’exportation partenaire du projet a cessé ses achats à cause de la non-conformité des producteurs aux normes d’exportation européennes EurepGap. Ce retournement a conduit à l’effondrement de DrumNet. Les agriculteurs ont été contraints de vendre à bas prix à des intermédiaires, restant par-fois avec des cultures invendables, et n’ont pas pu rembourser leurs prêts. Par la suite, les agriculteurs sont finalement retournés à la production des cultures locales.


Retour