Accueil » Publications » Quartiers précaires : du déni à la reconnaissance

Quartiers précaires : du déni à la reconnaissance

Alors que la population des bidonvilles représente près d’un tiers de la population urbaine mondiale, ces quartiers sont rarement représentés sur les cartes des villes. Cette invisibilité organisée s’accompagne d’un déficit de connaissances et de reconnaissance, ce qui entretient la stigmatisation et l’auto-stigmatisation ressentie par de nombreux habitants. Depuis 30 ans, le Gret agit dans les villes d’Amérique latine et des Caraïbes, d’Afrique et d’Asie, et plus récemment dans les départements d’outre-mer français, afin que ces quartiers soient véritablement intégrés et associés à la construction de villes viables et solidaires.


Retour