Accueil » Publications » Restructurer puis responsabiliser : étude d’impact du Programme d’appui aux médias ivoiriens (PAMI) et du Programme d’appui à la presse ivoirienne (PAPI)

Restructurer puis responsabiliser : étude d’impact du Programme d’appui aux médias ivoiriens (PAMI) et du Programme d’appui à la presse ivoirienne (PAPI)

  • Rambaud, Brice
  • Etude/Document de travail
  • Éditeur : Gret
  • Année : 2009/06
  • 106 p.
  • Langue(s) : Français
  • Zone géographique :
  • Domaine(s) :

Le Programme d’appui aux médias ivoiriens (PAMI) a proposé de 2004 à 2007 un appui sectoriel aux médias de Côte-d’Ivoire, pays en situation de conflit interne depuis le coup d’État avorté de septembre 2002. Il a été suivi, pour un an, par le Programme d’appui à la presse ivoirienne (PAPI), centré sur la presse écrite. Le premier projet avait pour objectif de responsabiliser les acteurs quand le second entendait surtout subventionner les entreprises de presse les plus respectueuses des règles éthiques du métier. Financés par l’Union européenne, ils ont été mis en oeuvre par le Gret, qui disposait d’un bureau à Abidjan. L’étude d’impact tente d’appréhender les effets structurants du PAMI et du PAPI sur le secteur des médias de Côte-d’Ivoire, en se situant du point de vue des acteurs locaux. S’appuyant sur plusieurs sources d’information, l’analyse présente des résultats contrastés, dus, entre autres, à la conduite des projets dans un contexte politique qui se dégradait toujours plus. Le PAMI et le PAPI ont eu un impact très net sur la restructuration du secteur, en soutenant l’adoption d’une nouvelle loi plus libérale, le renforcement de l’interprofession (association d’éditeurs, syndicats) ou encore la renégociation de la convention collective. Mais on note de plus faibles effets sur l’autorégulation, qui a pourtant bénéficié d’un soutien technique et financier de tout premier ordre, et sur la formation des journalistes.


Retour