Accueil » Thématiques » Energie » Des foyers de cuisson pour lutter contre la précarité énergétique et la déforestation en Mauritanie

Des foyers de cuisson pour lutter contre la précarité énergétique et la déforestation en Mauritanie

Retour

En Mauritanie, plus de 50 % des familles utilise le bois comme principale source d’énergie domestique. À Nouakchott, la capitale, les familles les plus démunies consomment presque exclusivement du charbon de bois. Cette dépense incompressible de sécurité alimentaire représente à elle seule jusqu’à 25 % du budget familial. De 2015 à 2019, le projet Farim a eu pour objectif de lutter contre la précarité énergétique en réduisant l’utilisation domestique du charbon de bois et en améliorant l’accès des familles à une énergie de cuisson propre. Le Gret, à travers son fonds de dotation et en partenariat avec Engie ainsi qu’avec  l’ISET de Rosso, a ainsi permis la mise en place d’une filière locale de foyers de cuisson améliorés, commercialisés sous le nom de fourneaux Fayda.

Le Gret a conçu un nouveau type de fourneau amélioré, le foyer Fayda, qui permet d’économiser jusqu’à 30 % de bois et possède une durée de vie deux fois supérieure à un foyer classique. De plus, ce projet a permis à des jeunes de recevoir une formation au métier de soudeur-chaudronnier pour fabriquer ces foyers, en partenariat avec le Centre d’insertion et de formation professionnelle Caritas Mauritanie.

Le projet contribue ainsi aux objectifs du développement durable (ODD), notamment en matière de santé publique, de réduction de la pauvreté, de sauvegarde du milieu naturel, de limitation des gaz à effet de serre, d’égalité des sexes et de création d’emploi. Afin d’assurer la vente de ces foyers, le Gret a développé un réseau de distribution dans les villes de Nouakchott et Rosso, en collaboration avec des organisations locales principalement féminines (associations, coopératives, mutuelles et acteurs du secteur privé). Face au succès de ce premier fourneau, un atelier de production a été créé. À la suite d’un travail collaboratif avec tous les acteurs de la chaîne, de nouveaux modèles ont également été conçus : l’un adapté à la préparation du thé, un autre dédié aux petites activités de production et évènements et enfin un foyer mixte bois/charbon. Des activités de marketing social (animations, promotions) et l’élargissement du réseau de distribution ont déjà permis la vente de 2 000 foyers (tous modèles confondus).

Commercialisation des foyers Fayda, @Gret
Commercialisation des foyers Fayda, @Gret

Perspectives

Depuis mars 2019, le Gret a lancé Safire, un projet de formation et d’insertion professionnelle dont une composante concerne la filière production et commercialisation des fourneaux Fayda. Ainsi, de nouveaux petits ateliers vont être mis en place dans les régions de Trarza et Brakna et des parcours de formations qualifiantes établis au sein du Centre de Formation CARITAS.

Afin de permettre l’autonomisation financière de la filière et l’intégration dans les politiques publiques nationales et locales, le Gret souhaite aujourd’hui :

  • Augmenter les capacités de production et de diffusion des foyers améliorés, grâce à la construction d’un nouvel atelier à Nouakchott et l’appui à la création d’autres ateliers dans le pays
  • Garantir la pérennité économique et la vocation sociale du projet, à travers la création d’une entreprise sociale

 

Témoignages 

Ndiémé Gaye, Première partenaire de distribution de Fayda dans la ville de Rosso-Mauritanie

« Depuis 2017, je diffuse les foyers FAYDA à Rosso et dans les villages environnants. Être distributrice du fourneau Fayda m’a permis de mieux comprendre la problématique des énergies de cuisson. Je suis fière de faire partie de celles qui promeuvent une solution adaptée et de qualité pour répondre à un besoin essentiel de la population. »

 

Abou Yero Ndiaye, chef de l’atelier Fayda

« J’ai appris beaucoup de choses depuis que je suis arrivé dans cet atelier. J’avoue que la première fois que j’ai vu le foyer Fayda, je me suis dit que je ne serais pas capable d’en concevoir un. Avec les formations de qualité que nous avons reçues, je suis aujourd’hui capable d’en produire et cela, d’une manière autonome. Ce que j’espère aujourd’hui, c’est que l’atelier s’agrandisse pour accueillir de jeunes soudeurs pour que ces derniers aient la chance d’acquérir les compétences que j’ai aujourd’hui. »

 

 

En savoir plus sur le projet

Visiter le site d’Engie